AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anastasiya F. Dovanoska
Green Crystal Princess
avatar

Féminin
Devoirs : 37
Localisation : Loin de toi

MessageSujet: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Sam 8 Mar - 3:25


« Lorsque je t'ai vu face à moi, j'ai vu dans ce regard de lune le reflet du sauveur que j'attendais. »

Je m’étais levée, sans grande conviction, la peur au ventre. Je vérifiais une dernière fois mon planning de la journée, alors que nous étions un samedi matin. Je soupirais en voyant l’heure à laquelle je devais aller voir le psychologue. Sachant que le directeur avait été d’accord pour que je puisse être soutenue dans ces instants de détresse intense, où mon corps tremblait face aux garçons. Il fallait pourtant que je lui parle de Daren, le premier garçon qui ne m’avait pas fait peur. Et de Jesper aussi… J’étais étrangement coincée avec le Lys, ne pouvant comprendre ce qu’il se passait. Je passais par les douches, prenant soin de cacher ma blessure. Bien que la cicatrice se voyait moins, il restait encore quelques égratignures, je soupirais, passant ma main dessus. Je m’habillais de mes vêtements des jours libres, un sweat à capuche aux longues manches vert eau, mon short noir et mes bas épais. Je sortais du dortoir et m’en allai dans le bâtiment principal.

Il avait l’air ravi lorsque je lui expliquais pour Daren, notre relation qui avait bien commencée. Lorsque j’arrivais à la partie de Jesper et notre altercation, il semblait un peu moins enthousiaste. Fallait bien comprendre ce pourquoi j’avais fléchi, je n’avais pas réfléchi et j’étais entrée en colère. Il m’avait simplement expliqué que, ma colère contre les hommes n’avait jamais été assouvie, ce pourquoi je m’étais involontairement crispée contre lui. J’en avais assez qu’on croit que j’étais une proie facile à marcher dessus. « Et ta blessure ? », mes yeux inondèrent, le liquide clair roulant sur mes joues. Il n’y avait qu’avec le psy que je pleurais, jusqu’à aujourd’hui, je ne me doutais pas qu’une rencontre allait changer la donne. Les yeux une nouvelle fois rougis et picotant, je fis en mon pouvoir pour que cela ne se remarque pas. Je passais par le couloir, voulant me rendre à la bibliothèque, reposer mes pensées effleurées de tristesse. Mes cheveux s’entremêlant, mes pieds se prenaient l’un dans l’autre et comme une scène au ralenti, mon corps percutait le sol avec brutalité. D’abord, la douleur traversait mes muscles, tordant mon visage caché dans mes cheveux blonds. Celle du ventre ensuite, plus aiguë comme ce coup de poignard. Je me relevais difficilement, lâchant un râle de douleur et irrité. Ma vue embrouillée, je ne voyais presque plus grand chose en net. Trouble de flou, créant un sentiment de panique intense. Je tentais de garder le contrôle de ma respiration, déjà saccadée. Et je baissais les yeux sur mon ventre. Et cette vue me fit perdre la tête, mon regard apeuré, doublé de la démence de revoir à nouveau cette couleur. Cette texture dans ma main.

« Non… Non… Non ! »

Ce fut alors que mon regard se levait, pour observer une silhouette devant moi. Le regard empli d’espoir, jusqu’à faire face à une silhouette plus nette. Masculine. Mon cœur dérapait sauvagement, le stress couvrant mes traits. La peur au ventre. Mais je devais réclamer de l’aide, je n’arriverais jamais à marcher jusque l’infirmerie seule, dans cet état. Un animal blessé; ce à quoi je ressemblais. Cela n’avait rien de glorieux. Ma main libre se resserrait contre ma cuisse, tandis que baissais la tête, les dents serrées.

« Tu-tu pourrais me conduire à l’infirmerie ?... S’il te plaît… C’est assez important. »

Je lâchais un petit cri étouffé, alors que la douleur se tordait. Je clignais des paupières quelques fois pour le regarder. Mon coeur ratait un battement, face à moi, j'ai vu dans ce regard de lune le reflet du sauveur que j'attendais. Ma main libre, je la déposait sur ses vêtements, désespérée.

« Comme la lueur d'espoir, tu es apparu. L'ange sauvant cette humaine qu'il convoitait. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Live like I ever wanted.|| #247a88
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin D. Dalmann

avatar

Masculin
Devoirs : 24
Localisation : Partout ... je suis les yeux et les oreilles de cette académie!
Humeur : Imperturbable

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Lun 10 Mar - 2:37

Samedi. Journée généralement assez calme normalement. C’est pourquoi le délégué des Silver s’était lever très tôt pour se rendre au troisième étage faire un peu d’escrime, histoire de se détendre un peu. Au bout d’un moment, il décida de remettre sa veste de sport par-dessus son t-shirt. T-shirt qu’il changea avant de quitter la salle. Son sabre était sagement ranger dans son étui attaché au niveau de ses hanches.  

Nonchalamment, il sortir un de ses bouquins étrange à jaquette très sérieuse. Cette fois, s’était une jaquette sur la bienséance lors de réception par pays … pour cacher un livre qui parlait des phénomènes des voix électronique, communément appeler les PVE dans leur jargon. Soudain, un bruit relativement sourd retenti aux oreilles du chef du conseil de discipline. Ce dernier rangea rapidement … ou plutôt lança son livre au fond de son sac et partie au pas de course dans la direction d’où provenait le bruit, son sabre frappant plus ou moins régulièrement sa cuisse.  

C’est en tourna le coin d’un couloir au premier étage qu’il vit au sol une jeune demoiselle qui semblait en mauvaise posture … au vue de cette tâche rouge sur son sweet. Le jeune homme ralenti la cadence et s’approcha tranquillement de la Seed. Il remonta légèrement ses lunettes avant de pencher la tête, toujours aussi silencieux qu’à son habitude et toujours aussi inexpressif presque imperturbable. Il ne bougeait toujours pas, analysant la situation mentalement quand elle lui demanda de la conduire à l’infirmerie. Franklin plongea son regard dans celui de la demoiselle aux cheveux blond. Soudain, elle lui saisit ses vêtements. Ce fut presque comme s’il avait eu la colonne vertébrale électrocuter. Le noble de rang B se pencha assez rapidement, en donnant un petit coup sur son sabre pour qu’il ne le gêne pas.

« T’en fais pas, tout ira bien … », dit-il d’une voix rassurante qu’on ne lui connaissait pas.

Sans crier gare, il enleva sa veste de sport et son t-shirt propre également pour se retrouver le torse complètement à découvert.

« On va juste arrêter le saignement avant, d’accord? », dit-il toujours aussi doucement tout en la fixant dans les yeux.

Très respectueusement, il tourna la tête après avoir caché la demoiselle avec sa veste si jamais il y avait des regards indiscrets et souleva légèrement le sweet de la demoiselle et glissa son t-shirt roulé en boule sous le sweet. Pour ce guidé, il laissa glisser le bout de ses doigts sur la peau de la demoiselle pour trouver la source de saignement pour mettre son t-shirt à la bonne place. Une fois que ce fut fait, il remit délicatement le sweet de la demoiselle par-dessus. Franklin retourna la tête vers la demoiselle et exerça une toute petite pression.

« T’en fait pas pour mon t-shirt, j’en ai tellement que je sais plus quoi en faire … », dit-il en essayant de détendre l’atmosphère.

Au bout de quelque minute, il reprit un autre contact visuel avec la demoiselle puis il passa son bras droit derrière son dos puis son bras gauche sous ses genoux.

« Accroche-toi à mon cou, je vais te porter jusqu’à l’infirmerie. », avertit-il avant de la soulever délicatement de terre tout en laissant sa veste sur elle pour la cacher si jamais son sweet remontait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasiya F. Dovanoska
Green Crystal Princess
avatar

Féminin
Devoirs : 37
Localisation : Loin de toi

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Lun 10 Mar - 3:20


« Et j'ai senti tes doigts contre ma peau. Mon cœur a chaviré. »

« T’en fais pas, tout ira bien … »

Sa voix rassurante me forçais à réagir plus posément. Je restais sans rien dire, le regardant fixement, surprise. Pourquoi. Pourquoi mon regard ne pouvait s’en détacher ? Je le connaissais. Le délégué des Silver. Et dire que je l’avais suivit il y avait à peine quelques jours, à la sortie d’un cours commun. Il était un des garçons que je suivais, parce qu’il avait quelque chose que je n’avais sans doute pas. Cette force de soi. La surprise se transformait en admiration.

Je… Je. J’étais face à ce corps. Ce corps aux courbes qui m’avaient fait souffrir, mes joues prirent une teinte écarlate alors que j’observais sans retenue les courbes dessinées du Silver. Sa voix me ramenais à la réalité et la douleur accentuait les choses. Que j’étais pitoyable. « Tu es pitoyable, Anastasiya. Tu y as trop cru entre-nous ? Tu ne m’apporteras rien, tu es faible… » Mon coeur se resserrait à ces paroles, résonnant comme un écho. Comme il soufflait à mon oreille. Je fermais les yeux en baissant la tête, lâchant un gémissement affirmant que j’avais compris ce que le Silver venait de dire. Et les larmes coulèrent, à flot. Pitoyable. Pathétique. Je voulais être forte, ne jamais exposer mes faiblesses. J’avais fait quelque chose que je n’aurais jamais dû faire. Je pleurais, silencieusement. La douleur, cette haine, cette tristesse. J’avais perdu d’avance cette lutte. Je n’étais qu’une ombre ensevelie sous les ténèbres, mes démons du passé acharnés à m’enfoncer.

Cette peau inconnue contre la mienne me fit sursauter violemment. Si violemment que je bondissais légèrement en lâchant un cri étouffé. A présent, les spasmes musculaires envahirent mon corps, affaibli. Me toucher. Un garçon. Je serrais les dents, évitant de faire ressurgir cette colère noire qui dormait profondément en moi. Ne surgit pas… Laisse le faire. Je relevais les yeux sur lui, les quelques larmes restantes roulant sur mon visage. Mon regard vert bleuté ne pouvait se détacher de ses lunes. Et puis, il me prenait dans ses bras, me transportant. Je cru défaillir, un instant, mes membres crispés de ce contact qui affolait mes sens. C’était tomber sur lui. Et pourquoi j’étais contente, alors que j’avais peur du contact ? Pourquoi je me sentais bien et que j’inspirais profondément son parfum, ma tête presque collée à son torse ?

« Je suis désolé pour ton-... Nh-... T-shirt tout de même. »

Nous arrivions à l’infirmerie, les portes s’ouvrant, cette odeur d'éther que j’avais inspiré durant des jours entiers. L’infirmière, me connaissant, arrivait à toute allure devant nous. Je tournais la tête vers elle, un sourire excusé sur le visage, alors qu’elle était effrayée.

« Mais que vous est-il donc arrivé, Miss Dovanoska ?! »

« Je suis tombé. Je pense que la cicatrice n’était pas totalement refermée... »

L’infirmière savait de quoi je parlais et son regard devint sérieux, inquiétant. Elle levait le regard sur le Silver et lui demandait de m’installer sur un lit et m’aider à me débarrasser de mes vêtements superflus. Je rougissais brusquement, détournant le regard, l’observant étonnée. Pourquoi...

« Toi seul va découvrir la vérité qui me sépare d'un monde que je pensais jusque là... Le plus cruel qui soit. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Live like I ever wanted.|| #247a88
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin D. Dalmann

avatar

Masculin
Devoirs : 24
Localisation : Partout ... je suis les yeux et les oreilles de cette académie!
Humeur : Imperturbable

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Lun 10 Mar - 3:57

Il marchait la tenant près de son corps. Il la portait comme si de rien était, comme s’il avait toujours fait ça. Il savait qu’elle pleurait, il aurait bien voulu lui essuyer ses larmes seulement, il ne pouvait pas le faire, sinon il allait l’échapper. Il marchait tranquillement pour ne pas trop la faire souffrir. Oui il était au petit soin. Généralement, on le connaissait brutale, insensible voir presque inhumain et là il était tout le contraire. S’était un tout autre homme.

« T’en fait pas, le plus important c’est de te soigner, pas mon t-shirt, ça se remplace facilement tu sais. »

Il avait doucement poussé la porte de l’infirmerie avec son dos, et s’exécuta en silence à la demande de l’infirmière. Franklin la déposa tranquillement sur le lit et la lâcha tranquillement, toujours en la fixant. Gêner, bien que ça ne paraissait pas, il s’assit devant la demoiselle et mit sa veste sur les genoux de la demoiselle.

« Bon … écoute, je vais pas te regarder. Je vais fermer les yeux et y aller doucement à l’aveuglette, après tu mettras ma veste pour te cacher et j’ouvrirais les yeux seulement après. », annonça-t-il.

Il ferma ensuite les yeux et prit tout doucement le bas du sweet de la jeune fille et commença tout doucement à le soulever pour l’enlever. Toujours tout ce qu’il y avait de plus délicat.

« T’as pas trop froid? », demanda-t-il les yeux fermer.

Bah oui quoi, il ne voulait qu’elle aille trop froid. Finalement, il finit par lui retirer complètement son haut et le déposa soigneusement sur le lit et se tourna de dos.

« Dis-moi quand je peux me retourner … », dit-il en se grattant l’arrière de la tête, trahissant sa gêne.

Naturellement, il n’avait pas l’habitude de … comment dire … déshabiller les gens. S’était assez gênant comme situation mine de rien. Il attendait toujours debout pour savoir ce qu’il pouvait d’autre.

« Tu veux une couverture? … je sais pas? »

Ce qu’il pouvait être mignon quand il était gêner et qu’il commençait à s’inquiété sans trop savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasiya F. Dovanoska
Green Crystal Princess
avatar

Féminin
Devoirs : 37
Localisation : Loin de toi

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Lun 10 Mar - 4:51


« Et je me suis confié à toi, ta présence n'étant pas un fardeau. »

Il me déposait sur le lit avec une certaine délicatesse. Je le regardait alors qu’il m'expliquait ce qu’il allait faire. J’hochais simplement la tête, la douleur tordant encore une fois mon visage. Cette sensation me procurait des chocs électriques le long de la colonne vertébrale. Cette façon qu’il avait de me déshabiller avait un côté… Mignon. Je rougissais, le laissant agir librement, aussi docile que je pouvais l’être. Je relevais les yeux sur lui alors que mon débardeur était à vue.

« N-non, ça va. T-tu sais en Russie, c-c’est… Enfin… On est habitué. »

Après ça, il se retournait, me laissant retirer mon débardeur doucement. Il était tâché. Je le regardait avec tristesse, un peu perdue dans mes pensées pour entendre le garçon me demander quelque chose. Je relevais les yeux sur lui, qui me tournait toujours le dos. Je cachais ma poitrine soutenue par mon soutien-gorge avec la couverture sur le lit.

« Tu peux te retourner. »

Je me sentais gênée, ce pourquoi je serrais d’une main la couverture. Couchée, je le fixais tout de même, l’analysant. Nous n'avions jamais parlé, j’étais toujours restée en retrait. Je continuais de rougir, fortement. Quelle situation assez inconfortable. Je restais sans rien dire, continuant de le regarder en silence.

L’infirmière arrivait, avec de quoi analyser la plaie. Soulagée, elle observait un instant la plaie et nous prévint que tout allait bien, qu’il n’avait pas besoin de recoudre. Je soupirais en fermant les yeux, les ouvrant sur le plafond, tandis qu’elle me mettait un petit bandage. Elle partait, nous laissant à nouveau tout les deux. Avec douceur, je me relevais pour m’asseoir. Je lui offrit un sourire rassurant. Pour une fois de ma vie, j’avais envie de retrouver tout ce que j’avais perdu à cause de ce qu’il m’était arrivé. Je n’avais plus envie de me cacher. Plus devant lui.

« Merci, Franklin. »

Je fermais les yeux, accentuant mon sourire enjoué. Je prenais sa veste et la lui tendait. J’insistais, la tenant dans ma main. J’attendis qu’il fasse un geste. Je me décidais à expliquer. Il était mon sauveur et je ne savais pas pourquoi, j’avais besoin de lui avouer. Je me sentais en confiance.

« … Avant aujourd’hui, je me disais que la vie n’était que cruauté et folie. J’y ai toujours pensé. Avant de venir ici, il y a un an, je pensais que finalement, elle pouvait offrir aussi des cadeaux. Mais alors que j’étais heureuse, tout à tourné au cauchemar. J’aimais. Je l’aimais. Et cet amour m’a empoisonné. Voilà tout ce qu’il reste de lui… »

Je baissais les yeux sur mon ventre, attristée. Je relevais soudainement mon regard sur Franklin, étonnée et rougissante.

« J-je suis désolé. T-tu dois avoir autre chose en tête que d’écouter mes déboires. Pard-pardon. »

« Tu as tendu ton oreille sans vraiment savoir. Pourquoi me suis-je confiée à toi ? »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Live like I ever wanted.|| #247a88
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin D. Dalmann

avatar

Masculin
Devoirs : 24
Localisation : Partout ... je suis les yeux et les oreilles de cette académie!
Humeur : Imperturbable

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Lun 10 Mar - 22:32

Le jeune homme attendait qu’on lui dise de se retourner avant de bouger de là. Il attendait patiemment, la main sur la pogner de son sabre, pas réflexe pour s’assurer qu’il était bien là. Quand il pu enfin se retourner, le jeune homme d’approcha tranquillement de la demoiselle pour finir par s’assoir sur le lit. Gêné par son sabre, il le détacha de ses hanches et le déposa, toujours dans son étui, sur le lit près de lui.

Cependant, quand l’infirmière arriva, il détourna habilement le regard dans la direction opposé, comme s’il était littéralement fasciner par quelque chose d’inexistant. Finalement, quand elle eut fini, il se retourna et croisa le regard de la demoiselle qui le remerciait. Intérieurement, il était tout de même surprit … pas vraiment l’habitude de se faire remercier et avec raison, vue son comportement.

« De rien,  mais c’est tout à fait normal, ne me remercie pas pour ça », dit-il simplement en affichant un faible sourire.

Sourire qui disparut rapidement quand elle lui raconta le pourquoi de sa blessure. Son regard changea pour un regard de fureur mélanger à de la haine. Se maîtrisant, il froissa tout de même les couvertures de sa main droite. Il leva tranquillement sa main gauche et la déposa sur ce qu’il devinait être un genou. Naturellement, elle n’avait pas encore terminé de parler qu’il avait déjà compris …

« T’as pas à être désolée. », il releva la tête et plongea son regard dans celui de la demoiselle. « J’espère pour lui qu’il n’est pas ici … parce qu’il passerait un sale quart d’heure avec le conseil de discipline. », dit-il d’un ton autoritaire mais aucunement angoissant.

Il en revenait pas de comment la vie pouvait être injuste. Maintenant ça lui donnait encore plus le goût de la protéger, d’être son garde du corps 24h/24 s’il fallait. S’il fallait, si elle était certaine de croiser à nouveau se mec, il lui dirait de passer les vacances chez lui ou il irait avec elle en Russie même s’il ne parle pas un traître mot russe. Il s’en fichait pas mal. Dans tous les cas, il arriverait à persuader ses parents. Reste que s’était tout de même étrange … mais si on y pensait, pas vraiment. Il savait qu’elle l’avait suivi quelque temps et avait fait semblant de l’ignorer pour ne pas la brusquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasiya F. Dovanoska
Green Crystal Princess
avatar

Féminin
Devoirs : 37
Localisation : Loin de toi

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Mar 11 Mar - 0:49


« Tu me prouves encore une fois, que la vie n'est pas que cruauté. »

Je baissais les yeux. Je ne comprenais pas pourquoi il avait fallu que je me confie à Franklin. C’était un garçon, je devais normalement en avoir peur. Mais j’imaginais que ce devait être comme avec Daren, m’inspiraient-ils autant confiance pour que je puisse me rendre à l’évidence que malgré tout, je chassais petit à petit les démons du passé ? Je gardais l’espoir secret de revenir à ma vie d’avant, d’oublier tout ce qu’il s’était passé. D’être à nouveau cette Anastasiya qui était amicale et douce. Que je devais cesser de réagir comme un être méfiant envers tout et contre le monde. Je voulais cesser d’être sans cesse apeurée, que mon corps cesse de se figer face à eux. Je sentais une main sur mon genou, jusqu’à revenir à la réalité et voir à nouveau ce qu’il se passait autour de moi. Surprise de ce contact, je rougissais doucement, voyant également les draps froissés aux côtés du Silver. S’était-il mis en colère sans que je le voit ? Je posais mon regard dans le sien, perdue et en même temps, admirant ces yeux clairs, caractéristiques de son pays.

« J’espère pour lui qu’il n’est pas ici … parce qu’il passerait un sale quart d’heure avec le conseil de discipline. »

Mon coeur se ratait à nouveau face à cette révélation, mon regard à nouveau étonné. Voulait-il à ce point ma protection pour me confier ça ? Quoi qu’il en était, j’étais touchée par ce geste. Pourquoi… Pourquoi ne nous sommes nous pas rencontrés avant tout ça ? Pourquoi ce ne fut pas toi, à la place de Dmitri ? Franklin… Avec hésitation, je levais ma main libre -l’autre tenant la couverture- et la posait sur la sienne.

« Il n’est pas ici. Je ne l’ai plus jamais revu depuis ce soir là. Peut-être a-t-il déménager ? Je suis loin de lui maintenant. »

Car j’habitais ici maintenant. Car plus j’étais loin de mon passé, mieux j’étais malgré tout. Je le fixais dans les yeux, laissant transparaître une lueur brillante dans le fin fond de mes yeux clairs. Je lâchais sa main, non pas par méfiance, mais par habitude de ne pas toucher les gens plus qu’il ne le fallait. Je n’étais pas tactile, enfin, je ne l’était plus du tout. Ce que Franklin venait de faire pour m'amener ici relevait d’un grand contrôle de ma part. A l’habitude, je l’aurai repousser, j’aurais tout fait pour fuir. Parce que j’étais comme ça. Étais-je lâche à ce point ? Je n’avais jamais autant pleurer depuis longtemps, surtout devant quelqu’un d’ici à part le psychologue. Je repoussais les larmes qui roulaient encore le long de mes joues de ma main qui venait de quitter la sienne.

En réalité, j’avais envie de lui dire de ne pas me quitter. Cela semblait bizarre, on ne se connaissait pas. Mais je ne voulais pas qu’il parte et qu’il me laisse ici, seule. J’avais toujours été seule, je n’avais jamais le privilège d’être accompagnée. J’avais été malheureuse, bien que j’aimais mes parents, qu’ils avaient toujours été là pour moi. La solitude pesante traînait derrière-moi comme un boulet, attaché à ma cheville. Je lâchais tout, me sentant déjà mieux, la douleur disparaissant dans un dernier picoti. Sans crier gare, j’agrippais ses épaules et me collant contre lui brusquement. Ma tête s'enfouissait dans son cou, cachant mon visage sous mes cheveux.

« Et je t'ai enlacé, alors que j'étais incapable de te dire de ne plus jamais me laisser seule dans ce monde froid et égoïste. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Live like I ever wanted.|| #247a88
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin D. Dalmann

avatar

Masculin
Devoirs : 24
Localisation : Partout ... je suis les yeux et les oreilles de cette académie!
Humeur : Imperturbable

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Mar 11 Mar - 1:50

S’était rassurant de s’avoir qu’elle ne l’avait pas revu depuis. Seulement rien ne pouvait garantir qu’elle ne le reverrait plus jamais. Gardant cette peur angoissante dans un recoin de sa tête, Franklin revient à la réalité quand elle lâcha à regret sa main. Il secoua la tête de droite à gauche pour se remettre les idées en place avant de lui offrir un petit sourire en coin qui s’effaça graduellement pour reprendre un air sérieux et légèrement inquiet.

« Si jamais tu le revois, peu importe l’heure et l’endroit, dis-le moi … je m’occuperais de son cas, il ne te fera plus jamais de mal, je te le promets! »

Il lui avait fait cette promesse en la regardant droit dans les yeux et tout le monde savait que quand le Silver faisait une promesse, il l’honorait toujours. Il avait laissé tomber son masque, l’attitude que tout le monde lui connaissait à l’académie. Il l’avait laissé tomber, juste pour elle. Pour ses beaux yeux … ce magnifique visage angélique. Elle était si fragile qu’il ne pouvait s’empêcher de la protéger, la réconfortée … la voir sourire. Tout simplement la voir heureuse et épanouie. Elle le méritait vraiment. Il l’admirait intérieurement pour son courage.

Quand il vit perler une larme sur la joue de la demoiselle, il senti son cœur se tordre. S’il y avait bien une chose qu’il avait de la difficulté s’était de voir autant de chagrin dans un aussi petit corps, tant de souffrance dans un être si fragile. Sans tellement réfléchir, il leva délicatement sa main et la passa sur ses joues pour chasser les autres larmes rebelles qui rendaient ses jolies joues aussi glissantes qu’une patinoire pour les autres larmes. Le délégué lui sourit doucement. Heureusement, personne ne le voyait ici, il pouvait être lui-même. Le même qui réconfortait les plus jeune à l’orphelinat, ce même qui s’occupait des autres orphelins comme des frères et sœurs.

« Pleure pas, il mérite pas tes larmes … il ne te méritait pas tout simplement … », dit-il machinalement toujours en souriant tout en lui essuyant tranquillement les joues tendrement.

Soudain,  contre toute attente, elle lui sauta au cou et s’accrocha à lui. Ce contact subit lui donna comme des électro-choques dans le bas du dos qui lui remontait la colonne vertébrale par vague. Il écarquilla légèrement les yeux, sous l’effet de la surprise.

« Que … Anastasiya? … », dit-il désemparer, trahissant sa surprise.

Sans attendre il referma ses bras délicatement autour du corps frêle de la demoiselle. D’une main, il lui caressait le dos pour la calmer et de l’autre, il laissait sa chevelure blonde glisser entre ses doigts, comme s’il la peignait de ses mains.

« Shhhh ça va aller, t’en fais pas. Je…je vais rester avec toi promis … pleure plus … je suis là … tu..tu pourras toujours compter sur moi … », dit Franklin légèrement gêner.

Il resta là, un bon moment sans rien dire. Toujours en continuant ses petits gestes tendres pour apaiser la demoiselle. Il ferma doucement les yeux, tout en la berçant légèrement pour la calmer tout en finissant par lui chuchoter de douces paroles. Sa mère, adoptive parce que oui sa mère biologique il en avait rien à faire en fait, l’avait toujours élevé en disant qu’un gentil homme bien élever ne faisait que deux choses. La première étant qu’il était celui qui essuyait les larmes des jeunes filles et non celui qui les causaient et la deuxième était qu’il n’essayait jamais de rien changer chez la demoiselle qui sera l’élue sauf son nom de famille.

Au bout d’un moment, sans s’en rendre compte, il se pencha trop vers l’arrière et tomba direct sur le dos en entraînant la demoiselle avec lui dans sa chute. Naturellement, il fut assez embarrasser, mais il ne pu s’empêcher de pouffer de rire et de sourire. Il continuait de lui caresser le dos … malgré qu’elle fût rendue littéralement coucher sur lui.

« Ça va? T’as pas mal? ... Tout vas bien? Tu veux que je te redresse? », demanda-t-il en souriant. « Pardonne-moi … je suis un peu … maladroit parfois … », dit-il gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasiya F. Dovanoska
Green Crystal Princess
avatar

Féminin
Devoirs : 37
Localisation : Loin de toi

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Mar 11 Mar - 3:02


« Mon cœur peut encore se retourner des millions de fois. Pour toi. »

« Pleure pas, il mérite pas tes larmes … il ne te méritait pas tout simplement … »

Pourquoi. Pourquoi me faisait-il cet effet là ? Pourquoi mon cœur réagissait si violemment rien que lorsqu’il frôlait ma peau ? Sans attendre, je me laissais tomber dans ses bras, le serrant contre moi. J’avais oublié à quel point nous étions dénudés, mais je n’en avais plus rien à faire. Je me laissais aller sur lui, oubliant tout ce qu’il s’était passé, oubliant ces moments où j’avais peur. Et il me rassurait, il me berçait. J’avais l’impression d’être enfin qui j’étais, où j’allais, ce que je faisais. J'eus un sourire sincère sous mes cheveux, continuant de déverser des larmes, de joie cette fois. Grand Dieu, cela faisait un bien fou.

« Shhhh ça va aller, t’en fais pas. Je…je vais rester avec toi promis … pleure plus … je suis là … tu..tu pourras toujours compter sur moi … »

Et mon cœur réagissait à cette parole. Mon corps entier. Cette promesse de rester à mes côtés. Je croyais en lui, je voudrais toujours croire en lui, parce qu’il était sérieux malgré tout. Je savais au fond de moi que ce n’était pas des paroles en l’air. J’y croyais dur comme fer, parce que, pour une fois, je pouvais faire confiance sans craindre la moindre trahison.

Je nous sentait partir en arrière, tombant sur lui. Étonnée d’abord, je restais un instant figée, alors que lui pouffait de rire en s’excusant. Je pouffais, ensuite.

« Ne crains rien. Je n’ai plus mal. »

J’étais bien. Ce sentiment de confort qui me procurait des sensations de bonheur. Sentiment que j’avais totalement perdu. Et pourtant, il était revenu, grâce à lui. Merci, Franklin. Je bougeais un peu, me relevant, pour l’observer dans les yeux. Je souriais en rougissant, les yeux brillant. Tentant de faire passer nombre d’expressions au travers de ceux-ci. Je me penchais une nouvelle fois, frôlant nos souffles, qui s’entremêlaient. Je l’embrassait sur la joue, m’écartant de ce fait de ses lèvres. Je n’y pensais pas. Je n’y avais pas pensé du tout à vrai dire. Je voulais simplement offrir ce geste doux et amical. Pour le remercier de tout ce qu’il venait de faire pour moi. Il n’avait peut-être pas conscience de l’impact qu’il avait eu sur moi, mais il avait fait renaître en moi celle qui était perdue dans les ténèbres.


« Il a suffit que tu me tendes la main, comme si dans ces ténèbres, je pouvais en sortir. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Live like I ever wanted.|| #247a88
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin D. Dalmann

avatar

Masculin
Devoirs : 24
Localisation : Partout ... je suis les yeux et les oreilles de cette académie!
Humeur : Imperturbable

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Mar 11 Mar - 19:35

Heureusement, elle n’avait plus mal, il s’en aurait tellement voulu si elle avait encore eu mal et que sa maladresse l’aurait fait souffrir d’avantage. Seulement en croisant son regard il devinait qu’elle souffrait intérieurement. S’il pouvait il porterait sa souffrance et douleur à sa place. Comme il ne pouvait pas il espérait seulement pouvoir faire un changement dans sa vie et lui alléger le lourd fardeau que lui avait laissé ce connard.

Seulement, il ne se doutait pas de l’impact qu’il avait. Une diseuse de bonne aventure lui aurait dit ce qui s’apprêtait à ce passer qu’il lui aurait très certainement rie au nez prétextant que s’était impossible parce que premièrement avec sa réputation s’était à tirer par les cheveux et de l’autre qu’Anastasiya était très certainement la dernière fille de toute l’académie à vouloir s’approcher des hommes. Bon Jennyfael ne comptait pas, elle semblait plutôt sauvage avec tout le monde, hommes et femmes confondu. Sauf avec Evan.

Quand la jeune Seed posa ses lèvres contre sa joue, après qu’elle se soit relever tranquillement pendant de Franklin gardait ses mains proche si jamais elle tombait, le jeune homme ne pu s’empêcher de poser sa main sur sa propre joue. N’en croyant pas ses yeux de ce qui venait de se passer. Il fixa la demoiselle d’un regard légèrement perdu et troublé. Il n’était aucunement habitué à ça. S’était plutôt aux gifles, aux coups de poing, coups de pieds et autre qu’il était habitué. Il balbutia quelque mot en sa langue maternelle … quoi que même un Islandais n’aurait pas compris, avant de se reprendre en anglais.

« Mais que … princesse? … », dit-il sans réfléchir, sous le choc.

Décidément, il devait se reprendre … et dire mentalement à son cœur de battre comme il faut ce con! Il ne comprenait pas grand-chose en fait. Il secoua la tête de droite à gauche et releva la tête et croisa le regarde de la demoiselle. Un si joli regard, qui maintenant brillait de mille feu! D’ailleurs, il ne pouvait s’empêcher de lui sourire puis prit d’une soudaine pulsion il avança dangereusement sa main vers la joue de la jeune fille et lui caressa doucement.

« Ça..ça va? Tu..tu veux quelque chose? T’as besoin de quelque chose? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasiya F. Dovanoska
Green Crystal Princess
avatar

Féminin
Devoirs : 37
Localisation : Loin de toi

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Mar 11 Mar - 20:33


« Mon cœur peut encore se retourner des millions de fois. Pour toi. »

Je souriais, toujours en rougissant, réagissant au “Princesse” qu’il venait de prononcer. Je n’avais pas fait attention à son babillage en Islandais, ne comprenant pas de toute façon la langue. Je me contentais de simplement sourire, comme je n’avais jamais sourit auparavant.

« Tu n’en as peut-être pas conscience, ce que tu viens de faire pour moi. Merci Franklin. », je riais doucement, « Et ne me dis pas que c’est naturel, ou je te pince les joues. »

Sa main vint à la rencontre de ma joue, me laissant surprise du geste. Je me laissais pourtant faire, rougissant plus fortement. Je ne pouvais me détacher de ce regard, encore une fois trop hypnotisée. J’étais incapable de parler, mes membres figés à ce contact si doux. Je me bougeais finalement, souriant tendrement, plus faiblement également. Et je constatais ma position indélicate. Je sursautais et me cachais dans les couvertures. A découvert, dans les deux sens du terme.

« Tu… Tu pourrais aller chercher de nouveaux vêtements pour moi ? Dans… Dans ma chambre. Je loge à la chambre numéro deux… », je tirais la couverture, ne montrant que mes yeux, « Tu peux prendre un de mes t-shirt et un sweat-shirt. Ça… Ça n’a pas d’importance en fait... »

Qu’il profite également de se changer… Quel embarras. Il avait probablement vu au moins une partie de mon corps, ce qui me fis rougir dix fois plus. Je me cachais à nouveau dans la couverture, fermant les yeux.

« Cela te donnera l'opportunité de te changer aussi. »

J’attendais qu’il y aille, pour sortir des couvertures. L’infirmière revenait pour voir comment je me sentais, et son inquiétude se dissipait lorsqu’elle remarquait que ça ne saignait plus. « Faites attention la prochaine fois. Votre peau est fragile. ». Oui, je le savais. Il m’en avait fallu de peu pour ne pas perdre la vie, d’ailleurs. Elle emballait nos affaires sales, en expliquant qu’après être sortit d’ici, il fallait immédiatement passer par la grande buanderie de l’académie. J’hochais la tête, ayant un peu peur de perdre ces vêtements. Surtout son t-shirt, à lui.

Je soupirais, passant la main sur ma poitrine, au niveau de mon coeur, caressant mon tatouage inconsciemment. Il était gentil et serviable malgré les apparences, ce délégué des Silver. Cette pensée me fit sourire. De dos à lui, je figeais lorsqu’il revenait. Mes joues reprirent une teinte rouge écarlate. Je prenais les vêtements qu’il avait ramener, les enfilant en vitesse. Je sortais du lit, dégageant mes cheveux que j’attachais avec un élastique qui traînait dans mes poches très souvent -que j’oubliais fréquemment dans mes poches de sweat-. Je me retournais vers lui, en souriant doucement.

« Merci. Ça va beaucoup mieux. »


« Je t'ai promis d'être ton amie, en même temps que tu me l'as promis. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Live like I ever wanted.|| #247a88
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin D. Dalmann

avatar

Masculin
Devoirs : 24
Localisation : Partout ... je suis les yeux et les oreilles de cette académie!
Humeur : Imperturbable

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Mer 12 Mar - 20:57

Franklin n’avait aucunement envie de se faire pincer les joues alors il se retient de dire que s’était tout à faire normal, gardant ça pour lui. Il lui sourit doucement avant de se lever tranquillement et l’observa quelque instant avant de s’exécuté à sa demande. Il prit son sabre et partie d’un pas déterminé, la tête haute… et les mains dans les poches. Et oui, il avait remis son masque. Il en avait rien à foutre d’être torse nue … il s’avait se faire respecter, alors peu importait sa tenue.

Il arriva assez rapidement dans le bâtiment où il y avait son dortoir. Il s’y rendit naturellement en premier pour pouvoir se changer et y laisser son sabre. S’était un peu encombrant de le trainer partout comme ça. Franklin s’habilla de manière assez décontracté puis sortie et fit ouvrir le dortoir de la demoiselle en expliquant la situation. Naturellement, on ne lui refusa aucunement l’accès. Le Silver s’approcha de la penderie de la Seed  et ouvrit un tiroir au hasard, ne sachant pas quel tiroir était le bon ni quel était son système de rangement. Seulement, quand il pencha son regard, il rougit violement de la tête aux pieds en une fraction de seconde. Il était tombé sur le tiroir de sous-vêtements. L’Islandais ferma rapidement le tiroir et secoua la tête de droite à gauche … noooon il devait se sortir de la tête l’image d’Anastasiya portant ses adorable petit morceau de vêtements. Il ouvrit un autre tiroir et tomba cette fois sur le bon tiroir. Le noble de rang B prit un t-shirt et un sweet, tout ce qu’il y avait de plus normal avant de sortir du dortoir.

Soudain, une idée germa dans la tête de Franklin, une idée qui découlait d’une certaine crainte. Il retourna rapidement à son dortoir prendre ce qu’il avait de besoin et de retourner rapidement auprès de la demoiselle qui l’attendait. L’argenté remit le chandail en souriant avant de se retourner, laissant de l’intimité à la jeune fille.  Il se retourna simplement quand il fut certain qu’elle avait fini … soit dès qu’il entendit le bruit de la fermeture éclair.

« De rien! Allez, on va aller à la buanderie … après je t’amène au magasin pour remplacer ton sweet au cas où ça ne se détache pas. C’est moi qui paye alors regarde pas le prix, si un te plait, prend-le! », dit-il en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anastasiya F. Dovanoska
Green Crystal Princess
avatar

Féminin
Devoirs : 37
Localisation : Loin de toi

MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   Jeu 13 Mar - 1:50


« Je te regarde comme héro, comme un modèle de force. »

Me sentant dorénavant plus à l’aise, j’époussetais par réflexe mon sweat à capuche. Je relevais les yeux sur Franklin qui prenait la parole. Je sursautais, prête à répliquer, mais je me retint, sachant qu’il pouvait à tout moments se faire très bien comprendre. Je soupirais, levant les yeux au plafond, main sur la nuque.

« Je suppose que je n’ai pas le choix. »

Je me mettais à ses côtés, les vêtements sales dans un petit sac. Je marchais, lui intimant de me suivre. Je remerciais l’infirmière qui nous saluait en souriant. En sortant dans le jardin, quelques verts nous fixèrent, intrigués. Il était vrai que je faisais pour éviter le contact, pour eux c’était intriguant de me voir accompagnée d’un garçon et surtout, Franklin. Je détournais le regard, baissant les yeux. Je soupirais, traversant le jardin pour faire face à une petite bâtisse à la façade vitrée. Je l’invitais à entrer avec moi pour se rendre à une machine à laver proche. Je déposais tout dedans à basse température et activer le mode double rinçage. J’avais l’habitude des machines. Après avoir fait cela, je me relevais pour faire face au Silver.

« Ça devrait aller. »

C’est à ces moments qu’on reconnaît mon statut de Seed. Lorsque je suis capable de faire la vaisselle ou les poussières. Malgré cela, je suis ici, dans cette école. Je lui souriais doucement, le fixant dans les yeux. Qu’est-ce que ce regard pouvait être… Exaltant. Ce regard même si inexpressif soit-il devant les autres nous convainquait de rester en retrait. Et pourtant, j’aimais le voir comme ça, il m’avait attiré contre mon gré. Et ce qu’il s’était passé aujourd’hui ne relevait peut-être pas du hasard. Peut-être deviendrions-nous des amis, que tout était déjà écrit.

On sortait de la buanderie, marchant à notre aise pour sortir du domaine. Pendant le voyage, je n’osais pas dire grand chose. Tout ce que je faisais était de le regarder de temps en temps, alors qu’il marchait fièrement, comme à son habitude.

« … Tu sais que tu fais très “Royal”, alors que tout à l’heure, tu semblais être différent ? J’aime bien comment tu te comportes. »

Je riais doucement, cachant ma bouche dans la manche de mon sweat. Je rougissais oui. Je n’avais plus l’habitude d’être en compagnie d’un garçon, surtout aussi longtemps que cela. A part… Avec Daren, je n’avais pas ressenti ça. Le village n’était pas très loin, ça semblait même être un peu le trajet entre Poudlard et Pré-au-Lard. Allusion fortement étrange, mais il fallait l’avouer, bien réelle. On s’arrêtait au magasin, et je me mis à fouiller un peu partout. Je découvrais un sweat, de couleur rouge, un chat imprimé dessus. Je me penchais dessus, puis je me relevais, observant autour de moi. Je levais la main pour demander à Franklin de venir vers moi, et avec un petit sourire, je pointais le sweat du doigt.

« Il te plaît à toi aussi ? »


« Tu es ce que je ne suis pas, mais j'ai envie, d'un jour, pouvoir faire comme toi. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Live like I ever wanted.|| #247a88
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Tu es arrivé devant moi, tel le sauveur. Et mon cœur a explosé. » | Frankynou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» René Civil devant le tribunal criminel
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Devant la Cathédrale
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noblesse & Indécence :: Nobilis Academy :: Batiment principal :: Premier Etage :: Couloirs-
Sauter vers: