AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scott H. Maxwell

avatar

Masculin
Devoirs : 30
Humeur : Bonne. ^_^

MessageSujet: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Dim 23 Fév - 1:56


« Le château de livre »
Il se sentait bien ici. Sans doute, si il le pouvait, Scott se serait enfermé dans cette salle pour presque toujours... Le calme, les connaissances à porté de bras, peu de monde... C'était l'environnement parfait pour lui. Ce qui pouvait s'avérer ennuyeux pour certains, lui, s'en délectait. Tout comme cette après-midi d'ailleurs, où il n'avait fait que lire d'étranges bouquins portant sur l'occulte. Drôle de passion qui d'ailleurs, ne passionnait que lui ! Touchant la reliure du livre qu'il avait devant lui du doigt, un petit sourire incompréhensible s'afficha sur ses lèvres très pales. Aujourd'hui était un jour où il était plus ou moins bien portant... Plus ou moins, parce qu'a plusieurs reprises, le petit brun eut presque l'air de piquer maintes fois du nez devant son bouquin. Alors qu'il était... Fort intéressant ! Se tapotant parfois les deux joues en fermant fortement les yeux pour se reprendre à chaque fois que son petit côté narcoleptique le reprenait (alors qu'il n'était pas du tout narcoleptique, soyons clair), Hurricane tâchait à chaque fois de se concentrer de nouveau. En vérité, le jeune homme était ici depuis midi... Enfin, depuis un peu après midi... Ayant mangé un peu, vu qu'il avait le restant de sa journée de libre, il décida de la passer dans son endroit clos préféré ici. Scott était au pensionnat depuis ses 14 ans .. Et sans aucun doute, la bibliothèque était son lieu favori... Il pouvait y passer autant de temps qu'il voulait, et personne ne venait l'embêter. C'était son petit jardin d’Éden.. Bien qu'il n'était en rien personnel, puisque de nombreux étudiants venaient aussi ici pour lire, tout comme lui.

Réfugié plus au fond dans 'son domaine', assit à une table isolée comme souvent, il avait finit par ouvrir son livre sans plus attendre. Scott avait l'air de s'être installé là d'ailleurs... Entouré de piles de livre, jusqu'à même à se faire une muraille de Chine miniature, on ne pouvait pratiquement plus le voir derrière tout ça ! Il n'avait bien sûr, pas tout lu les livres qu'il avait devant lui non... C'était 'en prévision'. Prévisions un peu étranges puisqu'il n'allait sans doute pas descendre tout ces chefs d'oeuvre en une demi-journée... Ce n'était humainement pas possible, et quand bien même, le noble préférait dévorer lentement ce qui lui passait entre les pattes, parce que sinon, il avait l'impression de laisser tomber des miettes importantes. Légèrement courbé vers l'avant, l'air pensif, il triturait l'une des branches de ses lunettes qui étaient posées tout à côté de son livre. Il n'en avait pas besoin pour lire... Il était myope ... Et puis de toute façon, Scott cherchait à les retirer quand il le pouvait. En classe, il ne pouvait pas... Quand il regardait la télé ; Non plus. Le protagoniste était atteint d'une forte myopie... Et c'était certes un peu 'dangereux' s'il n'avait pas non plus ses lunettes en temps normal... Foncer dans les gens, tout ça, ce n'était pas top... Une vraie petite taupe !

Après une bonne demi-heure dans cette position, Scott se redressa lentement pour étirer ses bras devant lui tout en faisant un petit 'gn' faible. A force de rester immobile, évidemment, il était tout rigide ! S'empêchant de bailler, il se mordit un peu la langue à la place, puis écarta doucement son mur de livre devant lui pour regarder les alentours, remettant ses lunettes de vue sur le bout de son nez. Il n'y avait presque personne... Juste quelques habitués, que Scott reconnaissait juste de visu... Oh non, aller les voir ? Jamais ! Vous voulez que le jeune Maxwell soit entrain de fondre sur place? Quelle idée ! Ses yeux s'agrandissant un peu, il se laissa encore un peu plus retomber contre le livre qui était ouvert, l'écrasant donc quelque peu. Tiens donc, le manque de tenue n'était pas une chose qu'il avait normalement ! Tout en repensant aux visages qu'il venait de voir, il repensait surtout à un en particulier qu'il n'avait pas encore vu aujourd'hui … Pourtant... Ce visage, il l'aimait bien. Doté d'un cache œil et d'un air encore un peu enfantin, ce compagnon ci était l'un de ses compagnons idéal pour la lecture... Et pour tout avouer, sa présence lui manquait parfois quand il lisait seul ici.

Se redressant pourtant d'un coup, il soupira juste doucement, les yeux rivés sous le livre posé sur la table... 'Les contes et légendes du Japon'... Enfin, il allait surement le finir, puis peut-être bouger ensuite ? Pour le moment, Scott avait l'air moyennement dépité comme ça.
codage par Junnie sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daren W. Deway

avatar

Masculin
Devoirs : 33
Localisation : Si tu es mignon, tu me trouveras peut-être...
Emploi/loisirs : Lire ~
Humeur : Aller... Un autre verre.

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Dim 2 Mar - 2:35

Dehors, dans les arbres, je pouvais voir les magnifiques couleurs des feuilles apparaitre doucement annonçant le printemps qui s’en venait lentement. Malgré que récemment, j’avais eu mes 16 ans, je ne me sentais pas plus grand. Je veux dire, je suis toujours de taille très petit et je vis avec le même monde autour de moi. Je suis toujours autant solitaire, rien n’à changé de ma vie. En faite, rien n’a bougé depuis que je suis rentrer à Nobilis. Je suis toujours aussi solitaire, prisonnier de mes liens de noblesse. Mon avenir est déjà tout tracé et, peut-être bien, que sans vraiment vouloir l’avouer, ça me fait peur… J’ai peur de ce qui m’attend, car je sais très bien que ce n’est pas la vie que j’ai choisit. Mais que puis-je à cela? Je ne laisserais sûrement pas mon aîné prendre la responsabilité familiale, plutôt mourir. Lui mérite la vie que je veux, et quand je lui parle, je vois bien qu’il a un merveilleux avenir qui l’attend. Moi, le seul avenir que je me voie, c’est celui de la famille. Et je ne peux rien faire contre.

Je ne vie pas dans le même monde que Allen, je l’ai toujours su. Il a toujours été plus joyeux, plus ouvert, moins… Je ne sais pas comment expliqué. Il a toujours accepté la vie comme elle était, il a toujours su ce défendre, il a toujours été entouré d’amis… Alors que moi, ce que je voie autour de moi, c’est une prison. Une cage qui me retient prisonnier jusqu’à ce que l’usure du temps l’accepte. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours vu la vie ainsi. Depuis tout petit, je suis prisonnier a l’intérieur des bâtiments pour cause d’un corps bien trop faible, d’un coeur qui pourrait lâcher à tout moment… Les seuls rares où je pouvais sortir, c’était pour allé dans le jardin. Et là, j’enviais les oiseaux qui volaient qui, eux, avaient tout le loisir de ce promené où ils voulaient. Un jour, j’avais demandé à ma mère pourquoi eux avait la chance d’avoir la liberté et pas moi… Elle m’avait répondu que tout le monde espérait un jour vouloir être libre, mais que tout le monde avait des règles à respecter. Je n’avais aucun ami, aucune liberté, seulement une cage et des livres. C’est pour ça qu’un jour, j’en ai eu marre et je me suis sauvé. J’ai couru longtemps, très longtemps, dans les bois… et c’est là que j’ai perdu un de mes oeil. Il avait été complètement détruit par une branche d’arbre. Depuis, je ne pouvais voir qu’avec un seul oeil, mon bandeau caché toujours mon oeil « inexistant». J’étais un très bon noble, quelqu’un avec un grand avenir pour la famille, pour continuer le travail familiale. On ne voyait en moins que celui qui allait reprendre l’héritage. Mon père ne me voyait plus comme son fils, mais comme celui qui allait avoir l’héritage, celui qui allait continuer la lignée. J’étais voué à être le parfait prodige pour ainsi devenir le parfait hérité. Et je ne voulais pas que mon grand frère aille le même soeur que moi. Allen méritait mieux. Il essayait de caché ces petites choses là, mais je remarquais tout, comme les regards entre lui et un certain Lysandre. Je voyais qu’il était heureux et cela me rendait heureux à mon tour. Parce que tout ce que j’espérais, c’est que Allen aille l’avenir qu’il voulait avec la personne qui allait l’aimé pour ce qu’il est.

« Qu’est-ce que la liberté? Un espoir, une façon de ce faire croire que tout va bien? Pouvoir voler loin, très loin et ne plus jamais revenir? La liberté… Petit, j’en rêvais. Vous vous demandez sans doute comment on peut rêvé de ça? Je rêvais d’être un grand oiseau, un aigle si mes souvenirs sont bon, et je volais. Loin, très loin. Je ne rebroussais jamais le chemin, je ne faisais que voler là où mes ailes voudront bien me porté. Et je me sentais bien. Je me sentais bien, parce que pour une fois j’étais moi-même. »

La bibliothèque. C’est un peu comme un refuge, un endroit où je vais pour oublié la douleur. Les livres sont un peu comme un bouclier, quelque chose pour me faire oublié pendant un moment mon avenir douloureux. J’adore lire, ça a toujours été mon soutient dans n’importe quelle situation. J’ai presque tout lu les livres à notre bibliothèque, mais je ne me lasse pas de les relire, juste pour l’amusement, ou pour bien mémoriser chaque sagesse contenu dans un livre. C’est pourquoi, avec tout ses pensées sombres, je me dirigea vers le biblio. Je salua discrètement le libraire qui commençait vraiment à me connaitre avant de commencé à chercher des livres. J’allais prendre deux livres, me hissant sur le pointe des pieds pour les attraper. Je regarda plus haut et fronça mes sourcils, puis commença à chercher autour de moi. Comme je détestais ma petite taille. Cela m’empêchait d’aller chercher les gros romans que je voulais lire. Je me surpris à sourire quand je vis Scott. C’était la première fois que je souriais parce que je voyais une de mes connaissances ici. En faite… Était-ce vraiment une connaissance? N’était-ce pas un ami, au fond?
J’avais un ami…?
Aussi surpris que joyeux, j’alla rejoindre mon ami. Je tirais un peu sur son bras pour attirer son regard vers moi. Quand il se tourna vers ma petite silhouette, je lui souris un peu.

« Scott! J’aurais besoin de ton aide, je n’arrive pas a cherché le livre que je veux lire… Et ne rit pas… » , dis-je avec un peu de honte, je l’avoue.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scott H. Maxwell

avatar

Masculin
Devoirs : 30
Humeur : Bonne. ^_^

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Jeu 6 Mar - 4:04


« Le château de livre »


Peut-être allait-il s'endormir si il restait ainsi... Aaah dormir, le moyen par excellence pour échapper un moment à la vie qui nous est attribué chaque jour... Quel doux royaume, celui des songes... Peut-être même égal à celui de son 'château de livre'. Mais en y repensant, les songes n'étaient pas forcément une chose en laquelle on pouvait donner sa toute confiance... Dormir soulage, mais apporte parfois les tourments de l'inconscient. Les souvenirs tristes, les angoisses... Ils avaient tant fait de mal à Scott de nombreuses nuits... Comme à tout le monde ? Ces choses là étaient désagréables, mais il y avait pire, pas de quoi se plaindre ! Sa journée pouvait être assombrit par un mauvais rêve qui l'aurait fait réfléchir longtemps, mais ses doutes finissaient toujours par passer au bout d'un certain temps... Sauf si ils revenaient l'assaillir sans prévenir plus tard, bien entendu. Ses paupières se faisant lourdes, Scott déglutissait avant de regarder attentivement le plafond de la bibliothèque... Woah, il y avait une sacrée hauteur sous plafond, ici. Normal, ce n'était pas une petite bibliothèque... Nous sommes dans un établissement pour noble, très chère ! Ici, c'est le must du must !

C'était mauvais... Ses sens commençaient à le quitter... Et le silence de l'endroit ne l'aidait pas vraiment à se réveiller, à vrai dire. Commençant à croire qu'une petite sieste inaperçue lui ferait peut-être du bien, il fut prit d'un fort sursaut quand il sentit son bras se faire agripper et un peu tirer. N'ayant pas de mauvais réflexes, il remit juste ses lunettes bien sur son nez pour regarder celui qui lui avait prit le bras, ses lèvres s’entrouvrant sous la surprise... Daren ! Pas de toute, le jeune homme au cache-oeil était bien à côté de lui, un sourire posé sur les lèvres. Bon... Scott n'était pas aussi surprit qu'il laissait voir à son jeune ami... Mais il était surtout enchanté de le voir à ses côtés, encore une fois. Essayant de ne pas paraître trop timide, ce fut chose assez aisée puisqu'il ne l'avait jamais trop été avec les plus jeunes que lui... Son manque de confiance en soi ne se faisait pas trop ressentir. Ses joues s'empourprant un peu plus, mais légèrement, il tâcha de lui rendre rapidement un sourire pour lui montrer que son apparition lui faisait grandement plaisir.

« Daren … Oui, que se passe t'il ? »

A l'écoute comme souvent, il écarta un peu tout ses livres sur le côté afin qu'il puisse s'installer sur la chaise voisine à la sienne, s'arrêtant pourtant net quand il comprit sa demande. Se moquer ? Les poules auront des dents quand Scott Hurricane Maxwell viendrait à se moquer de quelqu'un ! Fermant les yeux un moment, le jeune noble se releva avec un petit de mal parce qu'il était engourdit, s'étirant en même temps discrètement les jambes quand il fut debout, y sentant quand même des petites crampes mais bien minimes. Un livre ? Affichant un petit sourire avec douceur, le brun essaya d'écarter les mèches brunes couvrant son visage pour regarder le garçon devant lui

« Voyons... Tu sais bien que je ne vais pas me moquer... Je t'offres avec joie mon aide ! Que cherches-tu spécialement ? »

Scott pencha un peu sa tête sur le côté, puis rajouta avec une grande sincérité, toujours à voix basse parce qu'il avait un peu peur de se faire réprimander par le bibliothécaire, bien qu'ils étaient un peu plus à l'écart que le reste des gens présent dans la grande pièce

« Je suis ravis de te voir ici... Je ne pensais pas te voir aujourd'hui, ce qui m'aurait étonné vu que tout comme moi, tu es un habitué des lieux... »

Sa voix posée ne bafouillant pas d'un iota, un ferma les yeux en souriant un peu plus, ses rougeurs disparaissant alors parallèlement. De l'aide ? Pas de soucis mon jeune Deway, Scotty aurait toujours été là pour ça ! Bien dressé donc devant son ami, il avait remit sa tête droite avant de le regarder avec un peu plus d'attention qu'avant, ne prononçant pas un seul mot. Il était vrai que Daren savait et connaissait très bien cet endroit... Il ne lui avait jamais réellement demandé de l'aide pour ce genre de chose, avant. Enfin... Des petits oublis, ça arrivait non ? Ne s’inquiétant pas pour ça plus longtemps, il attendait seulement qu'il lui donne quelques petites précisions afin qu'il puisse subvenir à ses besoin... Et qui sait, peut-être que Scott pouvait ensuite passer une autre excellente après-midi en sa compagnie ?
codage par Junnie sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daren W. Deway

avatar

Masculin
Devoirs : 33
Localisation : Si tu es mignon, tu me trouveras peut-être...
Emploi/loisirs : Lire ~
Humeur : Aller... Un autre verre.

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Lun 7 Avr - 0:58

Être seul. Confronté à plein… plein de décisions à prendre. Être toujours seul contre tout. J’en avais l’habitude désormais. Depuis tout jeune, je n’avais jamais eu d’amis autre que Allen. Et quand celui-ci était absent, alors je n’avais personne. Je ne mettais jamais entendu avec les gouvernantes, préférant resté dans mon petit coin qui revenait souvent à ma chambre. Je m’enfermai là pendant des heures, fixant le plafond ou encore dehors. De temps en temps, je sortais un cahier et commençai à écrire tout ce qui me passait par la tête. Déjà à 5 ans, j’avais une mentalité beaucoup plus élevé que la majorité des enfants. Je ne me souviens même plus d’avoir eu une enfance dans tout ces événements. Oui, quand j’étais jeune, je souriais, je riais, mais était-ce vraiment une enfance resté clôturer derrière quatre murs avec l’interdiction nette de ne jamais mettre pied dehors? Était-ce vraiment une enfance rêvé pour un petit garçon? Ou encore de n’avoir aucun contacte avec le reste du monde hormis son aîné?

« Je rêve le soir d’un manoir. Un énorme manoir. Cela me prend du temps avant de reconnaitre que c’est ma maison, mais vu de l’extérieur. Comprenez le, je ne l’ai que rarement aperçu par dehors. Oui, même ma propre maison je ne la connais pas beaucoup. Je fixe cette maison qu’est la mienne, lassé de voir toujours les même décors. Je regard autour de moi, mais comme toujours je suis seul. Alors j’avance lentement, comme si mon corps savait parfaitement ce que je devais faire. Moi, je ne comprend pas. J’avance, j’ouvre la porte de ma demeure. Personne. Et j’ai la terrible impression que c’est la dernière fois que j’ouvrirais cette porte. J’ai l’impression de voir mon futur sans pouvoir le comprendre. Je sens quelque chose de mouillé coulé sur mon visage et je m’entend murmuré « Pourquoi, quand j’avais besoin de toi, tu n’étais pas là… » et je franchis le portail sans comprendre ce qui se passe. Et c’est là que je me réveil, avec les mêmes larmes coulant sur mes joues, sans comprendre ce qui viens d’arrivé… Sans comprendre le sens de mon rêve. »

C’était ainsi chaque soir depuis un moment et jamais je n’ai compris pourquoi ce même rêve jouait en boucle dans ma tête. Aujourd’hui, comme toujours, j’alla me réfugier dans le bibliothèque en espérant croisé un de mes seuls amis… Scott. Et cela me surprit à penser que j’avais hâte de pouvoir lui parlé et oublié ainsi pendant un moment tout le poids que j’avais continuellement sur mes épaules. Tout ce poids qui me faisait gémir de douleur. Tout les soirs. J’espérais seulement qu’un jour quelqu’un arrive à me défaire de ce poids qui de plus en plus creusait ma propre tombe. Comme si j’étais fais pour mourir ensevelis par tout cette douleur que je ne parlais avec personne. Je dû prendre plusieurs couloirs pour arrivé à la bibliothèque sans croiser les élèves qui n’arrêtait pas de vouloir que je fasse leur devoir. Arrivé à la bibliothèque, je souperais de soulagement. Au moins je n’avais rencontrait personne.

J’étais si heureux de pouvoir voir Scotty, un de mes seuls amis, et un très bon amis qui plus est. Je rougissais toujours en se présence, retrouvant mon esprit de gamin quand j’étais tout petit. Je devenais timide, mais beaucoup plus ouvert aussi. Daren rigola légèrement en secouant un peu la tête puis lui fit signe de la suivre. Daren ne parlait jamais vraiment beaucoup, mais ses amis étaient habitués.

« Oui, désolé… Je serais venu plutôt, mais l’infirmière a voulu ce matin me faire des testes.. à cause de mon problème de coeur. »

Je souris un peu à Scott. Mon camarade était bien un des seuls à savoir pour ma « maladie » au niveau du coeur. J’alla vers une étagère et pointa les plus gros bouquins, dans un de plus étages, assez haut pour que je ne l’atteigne pas, mais mon ami, lui, oui il pouvait l’atteindre.

« Premièrement, je suis vraiment trop petit… et deuxièmement, je ne sais pas lequel prendre dans cette ligne là… Tu me proposes lequel? »

Je rougis un peu, embarrassé à nouveau par ma si petite taille. Je ne grandirais donc jamais? Je passais doucement ma main dans mes cheveux noirs, les ébouriffant au passage. Je remis correctement mon bandeau en souriant au plus vieux. Scott savait beaucoup de choses sur moi, mais il ne savait pas ce qui se cachait derrière le bandeau noire. J’avais trop honte d’en parlé. Trop honte de ce que mon père m’avait fait.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scott H. Maxwell

avatar

Masculin
Devoirs : 30
Humeur : Bonne. ^_^

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Mer 16 Avr - 2:13


« Le château de livre »

Les airs fatigués du brun s'étaient rapidement dissipés en compagnie de Daren. Le regardant comme si il attendait la moindre parole du jeune Deway, comme si il était absolument prêt à tout pour répondre à ses attentes sur le moment, une lueur très douce s'échappa de ses yeux délavés sans qu'il ne puisse faire quoi que ce soit pour s'en empêcher. C'était peut-être parce que son ami était plus jeune que lui, mais Scott ne pouvait pas ne pas avoir cet air presque trop doux sur le visage en voyant le garçon à ses côtés. Aah... Vivre avec ses frères ne l'avait pas arrangé non plus ! L'instinct protecteur et fraternel était très fort chez Scotty quand il s'agissait de plus jeune que lui. Et puis... Scott savait beaucoup de choses sur son ami, ce qui forçait naturellement son amitié et sa compassion envers ce dernier... Il lui ressemblait aussi sur certains points, sauf que le protagoniste pouvait ressentir de temps à autre une de la solitude chez le jeune borgne... Une solitude triste virant parfois dans une angoisse quelque peu lancinante. Le noble était une personne sensible, ce qui avait des points positifs et négatifs... Le positif était qu'il interceptait mieux les états d'âme des autres et se faisait aussi plus compréhensif. Le négatif ? Il ne faut pas longtemps pour le comprendre chez Hurricane ! Il panique pratiquement pour rien et pour n'importe quoi ! Mais malgré tout ça, tout ce stress... Il fut très rare les fois où on avait pu le voir pleurer. Même pour la mort du plus jeune de ses frères, Scott avait été l'un des seuls à ne pas verser une larme devant quiconque... Étrange ? A croire que son caractère était finalement plus complexe qu'il n'y paraissait malgré sa très grande gentillesse ? Non, il s'avérait juste que grâce à son éducation, Scott avait apprit à ne jamais lâcher ce côté là devant quiconque. 'Pleure, mais garde ta fierté quand tu es devant autrui mon fils. Sinon tu ne mérites pas ton deuxième prénom...Tu ne mérite pas d'être un Maxwell.' Voila ce que lui disait son paternel quand il lui daignait lui parler... Toujours des mots durs, tranchants et sans aucune tendresse.

Apprenant ce qui avait retenu son compère, Scott avait retenu un peu sa respiration tout en essayant de contenir son anxiété soudaine. Certes Daren était souffrant tout comme lui ; Du cœur en plus, si la coïncidence ne suffisait pas. Mais pas besoin de se mettre à paniquer pour de simples tests non ? Il n'avait pas l'air d'aller mal.

« … Et alors, comment te portes-tu d'après ces tests ? »

Se contenta t'il de lâcher alors que sa tête fourmillait de questions. Daren était un très bon ami, mais pas la tête de se jeter sur lui pour harceler de question... Ce n'était tout de même pas correct. Attendant sa réponse sur ce sujet, Scott abandonna son lieu de 'travail' pour suivre Daren vers une étagère, levant le nez vers ce qu'il lui montrait. Effectivement, après avoir jeté un petit coup d'oeil au jeune homme à ses côtés, il ne pouvait visiblement pas l'atteindre... Riant gentiment parce que Scott était complètement dénué du sens de la moquerie ( j'entends là de la moquerie méchante), il se mit lui-même sur la pointe des pieds pour mieux voir les livres présents sur l'étagère

« Alors... »

Cherchant quelque chose qui pouvait l’intéresser, ses yeux regardait de droite à gauche vivement, lisant les titres des bouquins à toute allure avant de tendre sa main vers l'un qui était plus sur sa gauche pour l'attraper et le sortir de là. Une fois fait, il contempla longuement la face du livre comme pour bien s'assurer que c'était le bon, le tendant doucement à Daren avec un plus grand sourire

« Voila. Je l'ai lu il y a deux semaines exactement. C'est un roman policier très intéressant... Si tu aimes ce genre de livre, tu seras époustouflé jusqu'à la fin, je te le garantie ! »

… Bon, connaissant Scott et son amour inconditionnel pour les romans policiers, Daren ne devait pas être surprit de son choix. Les yeux brillants pendant qu'il lui avait expliqué, Scott tendit précautionneusement sa main ensuite pour recoiffer légèrement les cheveux ébouriffés de son jeune ami

« Juste avant que tu n'arrives je lisais un livre qui racontait les contes et légendes au Japon... Aimes-tu le Japon au fait ? Je trouve que c'est un pays qui m'a l'air très intéressant, malgré le fossé entre notre culture et la leur ! De même que pour la façon de vivre ! »

Ah... Ce n'était peut-être guère subjuguant pour son interlocuteur... Passionné, Scott pouvait parler longtemps sur le même sujet sans pouvoir s'arrêter ! Toussotant parce qu'il était un peu gêné de s'être engagé comme ça dans une conversation avec autant d'entrain, il regarda alors Daren de nouveau en lui montrant sa table

« Comment s'est passé ta journée ? Tu n'es pas trop fatigué ? Si tu n'as pas envie de lire, nous pouvons prendre un peu l'air... Même si j'ai l'impression que le temps n'est pas au beau fixe aujourd'hui... »

Le revoila parti à raconter tout et n'importe quoi... Retournant vers là où il était assit avant, il dit enfin avec un ton un peu plus bas sans le regarder

« ... Tu n'as pas à t'en faire pour ta petite taille... Je te trouve très bien comme ça ... Je t'assure. »
codage par Junnie sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daren W. Deway

avatar

Masculin
Devoirs : 33
Localisation : Si tu es mignon, tu me trouveras peut-être...
Emploi/loisirs : Lire ~
Humeur : Aller... Un autre verre.

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Mer 16 Avr - 3:11

Je n’ai jamais grandis dans le même monde que quiconque. Nous avons tous notre propre conception de ce qu’est le vivant, de la façon dont on voit le monde où on vit. Et moi, comme tout le monde, j’ai ma propre façon de voir comment vont les choses de la vie. Je suis né dans une famille de noblesse comme seul avenir de continuer à faire avancer la lignée. J’avais un frère aimant, rien à redire là-dessus. C’était le meilleur frère que nous pouvions avoir, le meilleur ange gardien que je pouvais rêvé d’avoir. Ma mère était une superbe mère, une vraie reine, mais elle ne pouvait rien faire contre notre père ainsi que contre notre famille. On avait des règles à suivre, des obligations. Ne jamais sortir du jardin, ne jamais ce faire d’amis que nos parents n’accepteraient pas, ne jamais manqué une réunion, ne jamais oublié ses devoirs premiers, ne jamais désobéir… Je sortais souvent dans le jardin pour allé aidé un petit oiseau à volé de ses propres ailes. Je l’aide jusqu’à qu’il arrive à volé de ses propres ailes et qu’il disparaisse dans la nuit où règne chaque fois le silence. Parfois, je me laissais tombé contre le grillade devant notre maison et fixais les enfants qui rentrait chez eux de l’école. Chaque pas, surtout petit, me demandait un effort plus difficile que les autres enfants, je le sentais. Je pouvais ressentais des heures assit dans le gazon frais, fixant les nuages et dessinant, parce que je me sentais mieux ainsi. Je vivais dans un monde noire. Un monde sans joie, sans liberté, sans choix, sans rêve. Je dessinais, je passais mon temps à dessiner des oiseaux, des tortues, des chiens, les enfants que je voyais… Mais je ne souriais que rarement depuis l’accident qui m’avait arraché l’oeil et comprit à quel point ma vie était construit à base de règlement et d’obligation. Je dessinais sans comprendre pourquoi, j’écoutais sans savoir pourquoi, j’étudiais sans entendre… Je ne faisais que ce que j’étais programmé à faire, comme un robot suivant un avenir tracé. Ce fut pareil à Nobilis. Pendant que mon frère commençait lentement à faire les fou avec Mutty, Mikko, Esteban, moi je restais dans ma chambre à dessiner, étudier et lire. Je dessinais tout ce que je voyais. Les élèves riant, parlant… Fierté, amour, joie, amusement… Je dessinais sans comprendre les sentiments que j’exprime sur le visage de mes personnages. Non pas que je n’ai jamais été aimé. Loin de là. Allen, ma mère, Scott, Anastasiya, Dylan… Tous m’aimaient et je le savais, mais je n’arrivais pas à ressentir leur amour, sans savoir pourquoi. Mon coeur semblait brisé, gelé, depuis de nombreuses années. Peut-être que, après tout, mon problème de coeur n’était pas simple lié à ma faiblesse naturel?

Je voie ma vie comme une ligne déjà tracé, ne comprenant pas ce que les gens ressentent jour après jour. Je ne comprend pas l’amour, je ne comprend pas la joie… Je ne semble pas malheureux pour autant. Ou du moins, je ne le ressens pas. Mais… Après tout, je ne ressens rien. Je pourrais aimé à la folie Scott, comme j’ai l’impression que c’est, mais sans le comprendre, sans le voir. Je pourrais être profondément triste, sans le savoir. Parce que mon monde est noire…
Je vie comme un robot, sur des règles à respectés et des obligations à tenir. Toujours marché droit devant par peur de se dévié du « bon chemin ». Le seul chemin que je connais, le seul chemin qu’on m’autorise à prendre. Suis-je malheureux? Est-ce que mon coeur est gelé par la tristesse sans que je le sache? Je n’en sais rien, je ne sais même plus au final qui je suis vraiment. Ne suis-je pas simplement un robot, sans caractère, sans personnalité vraiment faite? Non, je ne déprime pas, je ne sais même pas ce que c’est d’être réellement triste. Quelque chose c’est brisé en moi le jour où je me suis enfuit, le jour où j’ai perdu la vue d’un oeil, le jour où j’ai compris la vérité… Je sais que quelque chose c’est brisé en moi, mais je ne pourrais pas vous dire concrètement quoi. Mon innocence? Mon coeur? Ma liberté? Mon espoir? Je le sens chaque jour. Quelque chose me différencie des autres, quelque chose manque, un programme qui n’a pas été correctement installé. Je suis diffèrent, je suis anormal, je suis brisé. Ou peut-être est-ce tout simplement tout les autres élèves qui sont brisés, anormales? Et qui le vivent beaucoup mieux ainsi, parce que être anormale, c’est tellement mieux que d’être tout des copies semblables. Peut-être que en faite… Je suis justement une copie trop parfaite, alors je ne peux rien ressentir.

Le soir où j’ai appris la vérité, j’ai continué à aimé, ne croyez pas le contraire. J’aime toujours à la folie mon aîné, je ferais n’importe quoi pour lui. J’adore Scott, c’est mon meilleur ami, je suis si fier de l’avoir… Je ris aussi. Parfois, on peut m’attendre rire, me voir sourire…. Mais plus comme avant, j’ai perdu quelque chose. Je suis en train de devenir normal? Est que mon père a tellement désiré que je devienne l’hérité de la famille, le parfait fils, que c’est ce que je suis en train de devenir? Allen c’est sortit de cette bataille, je le voie, je le sens. Non pas qu’il ne pense plus à l’héritage, mais je le voie… Il blague avec Mutty, il rit avec Esteban, il ressent l’amour avec Lysandre… Il vit.

« Elle a dit que mon problème de coeur ne faisait qu’aggraver. Je devrais bientôt prendre des radiographies… Oh, ne le dis pas à Allen, je t’en pris… Il risque de s’inquiéter pour rien. »

J’attendis un moment, souriant légèrement comme si c’était information était des plus banales. Je pris doucement le livre dans mes mains fines et l’ouvrit pour regarder un peu le style d’écriture et tout. Je souriais doucement tout en écoutant Scott parlait.

« Oui, j’aime bien le Japon. C’est un endroit fantastique. »

Je feuilleta un moment le livre en souriant un peu. J’adorais réellement Scott, j’adore l’entendre parlé sans devoir obligatoirement lui répondre. Je posa ma main sur mon coeur pendant un moment, fixant en silence Scott, souriant toujours, puis alla vers la table en compagnie de mon ami.

« Ma journée? Ennuyeuse. J’ai dessiner un peu ce matin, puis après, j’ai été pris pendant un long moment avec l’infirmière. Ça m’ennuie tout ça, la vie m’ennuie… »

J’effrayais souvent les gens avec mes paroles… Tristes, profondément triste, mais sans aucun ton de tristesse. Les gens me trouvaient souvent étrange, ne comprenant pas trop ce qui se passait dans ma tête.

« Pas moi, je haïs ma taille… Mais c’est rendu habituel, il faut faire avec. Je me haïs de tout façon, je haïs mes problèmes de coeur et je hais à quel point je suis… »

Je chercha le mot, puis, ne trouvant pas comment expliqué ça, je ne fis que baisser la tête et regarder le livre que Scott m’avait prêté. Encore une fois, je n’avais pas compris que mes paroles étaient étranges, anormales. Et je ne remarqua pas non plus mes larmes commençaient à coulé sur mes joues, autant que mon coeur commençait à se brisé. Je ne remarqua pas mes mains tremblaient légèrement, mes larmes tâchant la couverture du livre.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scott H. Maxwell

avatar

Masculin
Devoirs : 30
Humeur : Bonne. ^_^

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Mer 16 Avr - 16:00


« Je te sortirais du fossé dans lequel tu es tombé...»

Il le sentait... Il le sentait que Daren n'était pas comme d'habitude. Il pressentait que quelque chose n'allait pas et cela ne pouvait que l’inquiéter intérieurement. Scott savait aussi que son ami était une personne fragile... Tout du moins avec lui, parce que le jeune borgne ne lui cachait pas grand chose et semblait lui dire tout au possible. Scott avait toujours été d'ailleurs attentif au moindre de ses mots jusqu'à maintenant... Il pensait qu'il pouvait le soulager ne serait-ce qu'un peu en écoutant ce qu'il avait à dire, qu'il lui serait un tant soi peu utile dans ce sens là. Scott tenait à Daren et pouvait le compter dans son cercle 'proche'... Il l'adorait même, alors être à son écoute n'était pas une tâche forcée, loin de là. Le visage un peu incliné vers le jeune noble en face de lui, Hurricane ouvrit un peu ses lèvres comme pour dire quelque chose mais s'en empêcha aussitôt, de peur de l'interrompre. Daren avait été toujours l'un des premiers à répondre à ses banalités avec un petit sourire... Si Scott était gentil avec lui, en retour, le jeune Deway avait toujours été adorable. Oh... Et puis le but n'était pas de se changer les idées ? C'était sa mission première quand il était aux côtés du jeune homme ! Il voulait absolument faire fuir ses idées noires au plus loin ! Même si ce n'était pas forcément des discussions ni des activités des jeunes de leurs âges.... Enfin peu importe non ? Ils étaient sûrement très bien ainsi. Scott regarda un long moment son ami qui, pendant qu'il expliquait, semblait regarder le libre qu'il lui avait tendu un peu plus tôt.

« N'est-ce pas ? » Accentua Scott, se coupant ensuite net en écoutant les nouvelles de la journée selon son cher ami.

Ennuyeuse ? Ah, l'héritier des Maxwell pouvait le comprendre à ce sujet. Lui-même trouvait parfois les journées ennuyeuses, mais faisait toujours en sorte de voir ce fait sous un autre jour. Le brun, tout comme son jeune ami, était une personne pouvait tomber facilement dans une déprime lancinante et fatigante. Seulement il se confiait rarement aux autres à ce sujet... Encore cette histoire de 'fierté' qui lui restait au fin fond de l'esprit. Se tenant toujours bien droit devant lui, le visage  du protagoniste semblait prendre une autre tournure ; Très vite il ne souriait plus, les sourcils presque trop froncés tristement. Plus le garçon en face de lui parlait, plus il pouvait entendre sa voix se mettre légèrement à trembler comme si la monotonie l'envahissait. Scott n'était pas effrayé... Loin de là... Comment pourrait-il être effrayé par Daren de toute façon ? Non... Il avait l'impression de s’effondrer de plus en plus au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient. Il avait l'impression de s'écrouler en même temps que son ami laissa échapper quelques sanglots après ses derniers mots... Son cœur s'effrita douloureusement et sa gorge se serra comme jamais.

Scott se sentait mal.

Il du même fermer un petit moment les yeux pour se concentrer et ne pas se laisser aller à son tour. Comme dit plus tôt, Scott était un jeune homme sensible... Et qui plus est, le désarroi des autres le touchait plus que son propre malheur à lui. Cela ne pouvait pas être pire quand il s'agissait d'une personne qu'il aimait... Cela ne pouvait pas être pire si il s'agissait de Daren William Deway. Gardant son calme, il prit une petite inspiration avant de poser lentement un genoux au sol pour pouvoir mieux voir le visage de son compère qui avait comme prévu, son unique œil valide larmoyant. Affichant un petit sourire pour le rassurer, il alla lentement lui prendre le livre qu'il avait dans les mains pour le lui retirer un instant, prenant ensuite ses mains dans les siennes pour les serrer avec douceur, afin de l'empêcher de trembler, entrelaçant même ses doigts avec les siens... Ce n'était plus grave si quelqu'un le voyait dans cette position, seul son précieux ami comptait pour le moment, lui et uniquement lui. Fermant de nouveau les yeux avec un air plus que calme, il se mit d'abord à murmurer

« Daren... Regardes moi...»

Puis, souriant un peu plus en rouvrant les yeux, il ne lâcha pas les mains comme si il avait peur que ce petit oiseau apeuré ne soit encore plus triste et ne s'en aille à tire d'aile.

« Tu... Me crois n'est ce pas ? Tu me fait confiance... ? Tu sais que je ne te mentirais jamais … Surtout à toi... Parce que tu es une personne précieuse à mes yeux.... ? »

Il préférait être clair dés le début, afin que son ami prenne ses futurs mots très au sérieux et non pas comme des simples mots qui auraient été dit pour le réconforter sur le moment. Scott était maladroit … Par où commencer ? Ravalant sa salive discrètement, il avait finit par dire avec une sincérité étonnante

« Sache que si tu ne t'aime pas Daren... Si tu n'aime pas ce que tu es... Sache que je serais alors celui qui t'aimerais doublement... Celui qui t'aimerais à ta place si il le faut... Je ne veux pas que tu sois malheureux Daren... Je sais à quel point la vie est injuste et cruelle... » Il se releva ensuite doucement mais ne lui lâcha pas ses mains, les caressant même un peu avec ses pouces « Je ne suis pas le meilleur... Ni le plus fort... Je veux dire, je suis timide et je n'arrive jamais à m'imposer ! Je me rend même souvent ridicule pour rien … Tu aurais pu tomber sur bien mieux que moi comme soutiens...»

Le brun aux lunettes se dévalorisait beaucoup lui-même. Autant dire que tout comme Daren, il ne s'aimait pas et ne s'aimerait peut-être jamais... Il fallait croire que lui et son ami avaient quelques points en commun de nouveau... C'était par contre très triste que ce soit sur ce sujet là. Le tirant au final doucement vers lui, Hurricane le prit alors dans ses bras pour le serrer avec la même douceur, lui frottant le dos

« Je pense... Je pense que tu es une personne formidable Daren... Que tu mérites d'être aimé et d'être heureux...  Tu n'es pas obligé de penser la même chose que moi... Et c'est pour ça que si tu ne t'aime pas, c'est moi qui t'aimerais pour nous deux... Aussi longtemps que tu pensera ça... Tu pourras toujours venir me voir, triste ou non, je serais toujours présent à n'importe quel moment... Je resterais à tes côtés le temps que ton cœur se répare... »

Il parlait là de ses sentiments, de son bien être. Mais de peur que son ami ne se méprenne, il se décolla un tout petit peu avec un léger sourire, venant poser ses mains sur les joues de Daren pour essuyer doucement ses joues afin de balayer ses larmes le plus possible

« … Et concernant ton vrai cœur... Nous affronterons aussi ça ensemble, pas vrai ? Je t'accompagnerais si besoin …. Je ne veux juste que tu n'oublies pas... Je suis là... Je le serais toujours Daren... »

Se sentant gêné après toutes ces déclarations plus ou moins étranges dans un sens, il sentit ses joues rougir un peu, caressant sans se rendre compte encore un peu les joues de Daren parce qu'il réfléchissait désormais, ses yeux se perdant à nouveau sur le visage attristé de son ami... Sans doute ?
codage par Junnie sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daren W. Deway

avatar

Masculin
Devoirs : 33
Localisation : Si tu es mignon, tu me trouveras peut-être...
Emploi/loisirs : Lire ~
Humeur : Aller... Un autre verre.

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Lun 21 Avr - 22:58

La vie avait toujours été ennuyeuse aux yeux du plus jeune. C’était comme si la vie n’avait jamais été pour lui. Resté emprisonné derrière quatre murs sans pouvoir avoir aucun espace où aller, où bougé… Aucun endroit pour s’amuser. Il avait trop longtemps attendu un espoir, une façon de vivre sa vie comme un garçon normal, mais depuis, il avait perdu tout espoirs d’un jour pouvoir être heureux. Chaque jour, il se souciait du bonheur de ses amis. Daren allait voir si Allen allait bien, après il allait voir si Scott était bien entouré et si personne n’avait osé lui faire du mal… et si c’était le cas, il allait faire payer vite fait les gens qui avaient osé levé la main vers Scotty. Le jeune Deway surveillait chaque jour le bonheur de ses camarades, jusqu’à oublié son propre bonheur. En faite, il ne savait même plus qu’est-ce que c’était le vrai bonheur, ni même l’amour, ni la joie… Il ne ressentait plus rien d’aussi fort qu’avant. Son coeur pleurait depuis des jours, des années, mais il ne le ressentait plus pour la simple raison qu’il était un robot depuis toujours contrôlé par son père. Un être parfait, tellement parfait qu’il ne ressentait plus du tout la tristesse ou la joie.

Le jeune homme souffrait chaque jour en silence, mais jamais il n’avait pleurer, jamais il n’avait laissé allé sa peine, même pas devant son frère aîné. Ou du moins, pas depuis longtemps. Il était bien trop fier pour pleurer devant quelqu’un ou tout simplement, il ne savait même pas qu’il était triste. Souvent, quand on l’insultait, il ne faisait que jeter des regards noirs aux élèves sans ressentir qu’il venait d’être blessé. Deway ne comprenait tout simplement pas la tristesse. Depuis tout jeune, on l’avait obligeait à être le parfait gamin qui ne pleurait jamais. Chaque jour, quand il allait à une réception avec son aîné, il ne pleurait pas, il restait fier. Les gens venaient lui ébouriffé les cheveux, lui sourire… Il avait envie de partir, mais il restait de glace à tout ça et fixait en silence les gens passait devant lui. De temps en temps, il leur souriait un peu avant de fixer à nouveau devant lui. Il avait apprit, au cours des années, à ne rien ressentir et ne rien montrait, hormis quelques rares sourires. William, deuxième du nom, avait apprit à être le parfait hérité pour la famille Deway. Et depuis longtemps, son coeur avait commencé à fragilisé, puis à perdre des morceaux, à se détruire, à mourir comme Daren. Plus il souffrait, plus son vrai coeur se détruisait et plus il avait des chances de … mourir. Et pourtant, Daren ne craignait point la mort. Même que, depuis un moment, il se disait que la mort pouvait peut-être être mieux que la vie. Oh, il n’avait pas encore pensé à se tuer lui-même , mais s’il apprenait demain qu’il allait mourir à cause de sa faiblesse, il allait l’accepté et être indifférent, parce qu’il en avait marre d’être en vie, marre de vivre pour rien donné. William avait été un jour un garçon joyeux et aimant, avant que son père ne le transforme en parfait Silver prêt pour prendre le relais de la famille. Il avait déjà vécu heureux, comme tout garçon, mais il avait perdu son enfance beaucoup trop vite, le jour où il avait couru pendant des heures dans le bois derrière chez lui, essayant de s’enfuir de cette maison et trouvé sa liberté perdue. Il se rappel ce soir là…

Il courrait, courrait vite pour s’échapper de son destin bien trop cruel pour le petit enfant qu’il était. Il se rappel d’avoir eu tellement peur cette nuit là, que son coeur lui faisait terriblement mal. De ses larmes inondant ses yeux d’un bleu magnifique, coulant sur ses joues pâles. De la branche lui arrachant à jamais la vue d’un de ses yeux. Du médecin lui disant qu’il ne pourrait plus jamais voir. De la douleur de son oeil arraché… De la douleur de voir son père lui tournait le dos. La douleur de savoir qu’il allait ressentait à jamais emprisonné derrière des barreaux. Il se rappel ce jour-là avoir tout perdu. Son oeil, son amour, sa tristesse, sa peur, son espoir, son père, son coeur… Il se rappel avoir tant souffert, d’avoir crié la douleur qui lui avait transpercé l’âme, brisé à tout jamais l’innocence que Daren avait… Il se rappel tant avoir souffert ce jour-là… D’avoir sentit comme une lame lui transpercent le corps. Depuis, il n’avait jamais plus été pareil. Daren avait tant perdu durant ses années, tant souffert sans jamais pouvoir pleurer, sans jamais pouvoir se confier par peur de déranger, par peur de ne pas être capable de retenir ses larmes, par peur… de ne plus être capable de s’arrêter. Oui, Daren était encore fragile, depuis toujours même… Il était encore quelqu’un de timide et fragile, quelqu’un qui fallait protéger, mais qu’il ne se laissait pas facilement faire. Il avait peu d’amis, pour la simple raison qu’il en repoussait plusieurs par peur d’un jour se voir questionner par ses amis et devoir leur avoué que, en faite, il était un garçon si … détruit. Par peur qu’au final, ses amis l’abandonne pour tout sorte de raison. Il repoussait l’amour, par peur de souffrir encore une fois.

Au début, Daren n’avait même pas remarqué qu’il était en train de pleurer. Ce n’est que quand il sentit quelque chose de froid coulé sur ses joues qu’il sursauta un peu en relevant la tête. Il sentit les mains de Scott prendre les siennes et il sursauta en reculant un peu, fixant son ami étonné. Qu’est-ce qu’il lui arrivé? Pourquoi il pleurait soudainement? Pourquoi les larmes coulaient le long de ses joues d’un coup? Il n’avait pas voulu ça, il n’avait pas voulu se sentir aussi vulnérable. Daren écoutait en silence son ami, les larmes coulant lentement sur ses joues sans comprend trop ce qui se passait. Il n’arrivait pas à comprendre pourquoi soudainement il se laissait allé, pleurant lentement. Qu’est-ce qui lui arrivait soudainement? Où était tombé son masque qui lui permettait de resté de glace fasse à tout ce monde? Peut-être parce que c’était Scott et qu’il n’arrivait tout simplement pu à garder son masque devant lui. Il c’était toujours sentit différemment devant le jeune garçon, toujours plus libéré devant lui de tout ses chaînes et ses droits. Il c’était toujours sentit plus aimé en compagnie du jeune homme.

« Scott… Pourquoi est-ce tu n’arrêtes pas d’être trop gentil avec moi…? Il faut que tu arrêtes d’être trop gentil avec moi, Scott. Tu es le seul qui, quoique je fasse, je n’arrive pas à garder mon masque. J’ai beau être indifférent à tout ce que tu dis, je n’arriverais jamais à garder mon masque devant toi et je finirais toujours par me confier à toi… Arrête de autant te rabaisser, Scott, pour moi… Tu es mon meilleur ami, mon ami le plus proche, le seul à qui je peux me confier sans avoir peur que tout se répande le lendemain matin. Si tu m’aimes doublement, alors je ferais de même pour toi. Je t’aimerais doublement, aussi longtemps que tu le feras avec moi, aussi longtemps que tu ne trouveras personne pour me replacer. »

Doucement, il passa ses bras autour des hanches du plus vieux et se hissa sur la pointes des pieds, son oeil unique se perdant dans ceux de son ami.

Je… Je ne sais pas du tout ce que je suis en train de faire, mais sache que cela vient du coeur et non… Je ne fais pas ça juste sur un coup de tête, j’en ai vraiment envie, je… je ne sais pas pourquoi, mais… »

Daren s’avança vers Scott et posa ses lèvres sur les siennes, doucement, très doucement. Il n’avait jamais embrassé de tout sa vie, mais c’était venu comme ça, presque naturellement. Et, tout d’un coup, tout semblait disparaitre, son coeur se remettant lentement à battre dans sa poitrine gelé. Doucement, il l’embrassa, posant une de ses mains sur la joue du plus vieux, ses lèvres douces caressant celle de son partenaire. Que lui arrivait-il? Que faisait-il? Il n’en savait rien, mais il aimait ça et il ne l’avait pas fait juste parce qu’il était blessé… Doucement, il entrouvrit ses lèvres pour accueillir la langue de son partenaire, leur baiser restant doué, mais un peu plus profond. Daren rougit brusquement en passant à ce qu’ils faisaient, mais ne cessa pas pour autant. Il ne savait pas du tout ce qui lui arrivait, mais c’était plus fort que lui. Il en avait envie.

À regret, mais pour la cause d’être à bout de souffle, il se sépara doucement des lèvres de son ami, s’essuyant rapidement les lèvres tout en se laissant tombé sur ses talons. William fixa un moment Scott à qui il venait de voler son premier baiser, puis rougit brusquement en tournant les talons.

« Merci, Scott, mais je pense que je vais y aller… Pardonne moi. »

Il se dirigea vers la sortie de la bibliothèque pour partir, posant ses doigts sur ses lèvres pour sentir encore la douceur et l’odeur de Scott. En était-il tombé amoureux ou cela avait-il simplement été une… genre d’obligation pour se sentir mieux? Non ce n’était pas son genre d’embrassé ainsi les gens, il avait seulement… Amoureux. Il n’en savait rien, tout ce bousculé soudainement dans sa tête.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scott H. Maxwell

avatar

Masculin
Devoirs : 30
Humeur : Bonne. ^_^

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Mer 23 Avr - 3:40


« Je te sortirais du fossé dans lequel tu es tombé...»


Scott avait les yeux rivés dans l'unique œil visible de son ami. Le cœur au bord du chagrin comme un peu plus tôt, il attendait fébrilement que Daren lui répondre quelque chose, n'importe quoi. Ses peines, sa joie... N'importe quoi. Ses mains ayant finalement lâché les joues humides du jeune Deway, Scott gardait un petit sourire... Le même sourire qui cachait sa tristesse un peu plus tôt. Hurricane savait à peu près dissimuler ses émotions avec tout le monde... Que ce soit avec les gens qu'il adorait, ou alors avec ceux qu'il n'aimait pas spécialement. Le seul sentiment qu'il ne savait pas contrôler du tout était celui de la peur... C'était plus fort que lui, il était tellement tendu qu'il ne pouvait qu'afficher des visages incertains en permanence. Tout n'était pas danger pourtant... Peut-être que plus tard, Scott se calmerait et arrêterait d'être aussi peureux... Enfin pour le moment, ce n'était toujours pas aussi évident. Rouvrant un peu plus grand ses yeux quand son ami passa à son long discours, qui était en réponse au sien, il s'était à rougir de façon incontrôlée en retenant au final presque sa respiration. Les yeux commes des billes derrières ses lunettes, son cœur se mit à battre anormalement dans sa poitrine... C'était sans doute la première fois de sa vie que quelqu'un en dehors de sa famille (incluant Jadwiga) lui disait des choses aussi touchantes. Cela lui faisait un plaisir fou, presque inimaginable. Cela pouvait même paraître trop exagéré d'un point de vu extérieur, surtout si on annonçait Daren comme 'un simple ami'. Un peu plus et Scott se serait mit à trembler lamentablement tant il avait été soudainement perturbé... Bien que la suite dépassait largement les mots qui lui avait dit avec autant de conviction.

Muet, il aurait pourtant voulu lui dire beaucoup de choses. Le remercier déjà... Le remercier de l'apprécier autant pour ce qu'il était. Depuis qu'il était à Nobilis, Scott ne s'était jamais sentit aussi aimé, lui qui était pourtant dans le top 3 des élèves maltraités dans ses anciennes écoles. Il y avait toujours des petits différents, mais... Il ne se sentait plus seul comme avant. Il l'aimerait doublement ? Essayant toujours de retrouver son calme sinon il se serait mit à bafouiller bêtement devant l'air adorable de Daren, il remonta même un peu ses lunettes tout en soupirant discrètement. Ainsi les choses étaient faites... Ils s'aimeraient réciproquement pour combler le peu d'estime de toi qu'ils avaient ? C'était presque trop beau pour que Scott y croit. Autant Scott avait été sincère, Daren était surement de même avec le jeune homme aux airs timides. Son calme à peu près retrouvé, Hurricane allait finalement sortir quelque chose quand son jeune ami reprit la parole... Ah, qu'allait il donc faire ? Ne bougeant pas d'un poil même quand il s'avança pour venir déposer ses lèvres sur les siennes, les rougeurs du jeune homme avaient reprit en un instant. Mais il ne se crispait pas... Il ne le repoussait pas... Pourquoi ? Cela aurait été pourtant si facile... Scott n'avait qu'a lui prendre les épaules et le faire reculer de quelques pas afin de lui faire comprendre que ce n'était pas une chose à faire entre amis... Mais... Il ne le fit pas.

Scott n'avait jamais embrassé personne avant Daren.... Et jamais il ne se serait imaginé embrasser quelqu'un. Il était loin d'etre cet ado' plongé dans les tourments de la jeunesse, de ceux qui teste pour s'amuser. Les relations... Il ne connaissait pas, que ce soit amoureusement parlant d'ailleurs. Scott n'était jamais réellement tombé amoureux quand bien même il avait déjà eut des faibles pour des gens... Ce n'était pas son grand interêt de trouver l'amour... Il avait le temps. Et puis de toute façon, il était le genre de garçon à vouloir aimer tout le monde sans s'établir sérieusement quelque part... Il ne se jugeait pas à la hauteur ! N'était il pas lâche au final ? Enfin, toujours étant qu'il agirait en temps voulu si un jour... Il lui arrivait d'éprouver ce fort sentiment. En parlant de ça, Daren était quelqu'un ne le laissant pas … Indifférent... Et c'était sûrement pour ça que Scotty ne le repoussait pas quand il lui prit un baiser. Le brun se sentait tellement flatté aussi... Tellement aimé sur le moment que quelque part, il aurait désiré que le moment reste un peu plus longtemps alors que sa langue cherchait timidement celle de Daren.

Ah... Mais à quoi pensait-il à la fin ?

Le baiser lui paraissait très court alors qu'il avait duré un petit moment, ses yeux qui avaient été clos précédemment s'étaient rouvert pour voir un jeune noble un peu paniqué de la situation. Alors que Scott était perplexe, se dernier se toucha un peu ses propres lèvres comme pour réaliser ce qui venait de se passer, baissant un peu ses yeux. Le visage toujours rouge, il voulu lui dire que ce n'était rien... Qu'il ne fallait pas qu'il s'en fasse... Mais son interlocuteur avait décampé aussitôt ensuite. Toujours perturbé, son premier réflexe fut de lui emboîter le pas.

Il avait l'impression que si il le laissait s'échapper maintenant... Il ne le rattraperait plus jamais. Que c'était la seule fois où il pouvait encore tenir ce petit oiseau fragile entre ses doigts pour lui caresser le plumage avec douceur... A ses yeux, il le quittait beaucoup trop vite... Non, il ne voulait pas qu'il prenne son envol tout de suite.

S'étant dépêché pour le rattraper, il lui avait tenu l'un de ses bras pour l'empêcher de faire un pas de plus, le tirant un tout petit peu plus brusquement que d'habitude vers un des rayons de livre, désert, tout à côté du leur. Le retournant alors face à lui, il fronça un peu les sourcils sans vraiment le vouloir, juste parce qu'il avait été un peu 'mécontent ' qu'il s'en aille comme un voleur (ce qui était en soi totalement compréhensible du point de vu de Daren), cherchant encore une fois à le regarder dans les yeux. Cette attitude ne ressemblait pas au gentil et doux Scott de d'habitude... Celui qui n'osait même pas frôler les gens au détour d'un couloir. Là, il s'était presque bien mit devant lui comme pour ne pas qu'il s'échappe, ses yeux se mettant à luir d'une lueur bien étrange... C'était surprenant, oui, très surprenant. Ne voulant pas le mettre plus longtemps dans l'incertitude concernant son agissement, Hurricane alla lui reprendre un baiser en se penchant un petit peu vers lui, les yeux de nouveau fermés. Sa main lâchant enfin le bras du jeune borgne, il resta au moins quelques secondes dans cette position, lui redonnant un baiser tendre bien que ses gestes d'avant ne l'avaient pas spécialement été.

Profitant de ce moment court mais délectable, il le libéra ensuite totalement en détournant les yeux. Whoah, depuis quand lui, Scott Hurricane Maxwell coincait les gens dans des allées désertes pour embrasser les gens ? Mort de honte devant son comportement qui était assez intolérable, il essaya quand même de placer quelques mots pour l'expliquer

« … Je crois que c'est à mon tour de m'excuser. Mais je voulais te faire comprendre... Que je ne t'en voulais pas. Que … »

Le visage très rouge de nouveau, il ravala sa salive maladroitement, presque à s'en étouffer. Oh, il n'allait pas se défiler maintenant, si ? Se reculant encore un peu plus en baissant la tête cette fois-ci, Scott voulu se gratter l'un de ses poignets nerveusement tout en regardant ses pieds.

« Oui, excuse-moi ... Tu vas mal, j'en profite. Je... Non, je suis inexcusable même...»

Scott fut ensuite prit d'un fort sentiment de panique. Et si après ça … Après ce qu'il venait de faire, Daren ne voulait plus être son ami ? Son amitié était plus importante que tout... Le perdre sous cette forme lui aurait fait l'effet d'un puissant électrochoc. Un électrochoc si puissant qu'il l'aurait détruit intérieurement.

« Si... Tu pars maintenant je ne t'en voudrais pas... Je comprendrais... »


codage par Junnie sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daren W. Deway

avatar

Masculin
Devoirs : 33
Localisation : Si tu es mignon, tu me trouveras peut-être...
Emploi/loisirs : Lire ~
Humeur : Aller... Un autre verre.

MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   Mer 23 Avr - 5:17

L’amour était un sentiment que Daren n’avait jamais connu et encore moins espérer connaitre. C’était quelque chose de beaucoup trop compliqué pour le plus jeune de la famille Deway, quelque chose de non accessible. Depuis petit, son père lui avait dit, oh combien de fois je l’ignore, que l’amour ne venait jamais, que c’était à la famille que revenait le décision du mariage arrangé. Pour Daren, cela avait été donc une croix sur tout ce qui était amour. Le plus fort « amour » qu’il avait ressentit jusqu’à aujourd’hui avait été avec sa mère, et ça, c’était de l’amour fraternel, rien à voir avec l’amour « véritable » dont je parle présentement. Il connaissait vaguement l’amitié, pas assez pour en parlé. Il avait été toujours privé de ses sentiments trop « humains ». C’était quasiment ses parents qui choisissaient ses fréquentations. Enfin, son père plus tôt. Ayant vécu dans un milieu sans amour ni amis, Daren n’avait jamais pu ce faire une conception de ce pouvait être le fait d’aimer ou d’être aimé. Il en était même venu au faite qu’aimer été pour les faibles, et non pour les nobles comme lui. Une mentalité trop comme son père, trop adultes, trop… étranges, mais c’est ça qui avait été implanté dans le cerveau du gamin depuis son tout bas âge. Quand il avait vu son frère en amour avec Lysandre, il avait d’abord été dégout, puis lentement, son visage c’était adoucis en les fixant, puis pour devenir indiffèrent, puis joyeux. Il avait été heureux que son frère trouve l’amour à quelque part, même si cela voulait dire que bientôt, ils seraient séparés. Plus Allen et Daren grandissait, plus le bambin remarquait que, bientôt, ils allaient être séparé par le triste héritage et le sort des Deway. Allen allait faire sa vie, chose promit entre son père et Daren, puis Daren allait prendre l’héritage, quitte à mourir dans cette maison. Chose promit depuis tout jeune. Sauver Allen, sauver son bonheur, pour perdre le sien. C’est pourquoi il n’avait jamais voulu s’attacher à personne et surtout, ne pas développé des liens forts avec les gens pour qu’eux ne souffre pas de sa disparition. Car il savait que dès qu’il finirait sa 8ème année, il partirait dans sa maison et plus personne ne le verrait jamais, plus personne n’entendrait parlé de lui que quelque rares fois, jusqu’à ce qu’il se fasse oublié de tous. C’était quelque chose de cruel, très cruel, mais pour le dernier des Deway, cela sonnait tout à fait normal à ses oreilles. Et c’est ça qui était des plus insupportables. Pour tout le monde, ce qu’il venait d’avoué aurait sonné comme le plus cruel « châtiment » , mais pour Daren cela sonnait tout à fait normal de se voir ainsi privé de liberté, d’amour et d’amitié. Ce voir privé de vivre était normal pour le jeune William deuxième du nom. Il avait même commencé à accepter tout bonnement son châtiment déjà enclenché se disant que sa route était déjà tracé devant lui. Il agissait comme un robot, un robot trop parfait, un robot… qui n’avait plus rien d’un humain, il agissait comme son père l’avait programmé. Sans sentiment et ne ressentant pas qu’il était en train de se détruit de l’intérieur rapidement et que cela allait finir par causer sa mort. Il ne remarquait rien de ce qui avait été déclenché à lui, qu’il venait de déclenché sa propre mort, une mort si cruel. Son père était en train d’autodétruire sa création, son fils, mais il ne s’en souciait point. Parce qu’il voulait que son fils soit le parfait robot, le parfait noble qu’il était en train de programmé, quitte à faire complètement disparaitre tout trace de son vrai fils. Mais le plus triste, ce n’était ni le fait que son père soit si cruel, ni le fait qu’il cause sa propre mort, mais que Daren soit certain que ce qui était en train de se produire était bien pour lui, certain qu’il n’avait que ça à faire. Certain que c’était le bon chemin à suivre. Et qu’il se prive autant d’amitié et d’amour par peur de faire souffrir les autres. Il s’enfermait sur lui-même, il se tuait de l’intérieur, pour prendre soins des autres. Daren William Deway pouvait avoir l’air du garçon qui s’en foutait le plus royalement de tout le monde, mais en faite, c’était bien le contraire. Le dernier fils des Deway voulait justement que personne ne souffre de son entourage, alors il essayait de garder ses distances, de n’aimer personne…

Mais Scott. Le voilà le problème. C’était toujours la même personne qui revenait, Scott. Scott qui avait tout changé de la perception du monde de Daren, tout fait basculé. Ce baiser, il n’avait pas été échangé pour rien, mais parce que l’étudiant commençait vraiment à ressentir des choses, des choses trop puissantes pour être seulement en amis vis-à-vis le jeune Maxwell. Il se connaissait depuis un long moment, Scott ayant été son seul ami durant beaucoup de mois. Il avait pu lui confier plusieurs choses qu’il n’osait confié à personne, même pas son propre frère. Chaque jour, il se laissait charmé par sa présence, se sentant en sécurité à ses côtés, protégé. Avec lui, son masque tombait, sa glace fondait, son coeur recommençait à battre. Scott avait changé quelque chose en lui, il lui avait fait, pour la première fois, douté de son chemin. Daren avait commencé à ressentir la douleur, la vie en lui… Il avait commencé à vouloir autre chose que cette vie tout tracé, autre chose que la mort au bout de son chemin… Il voulait autre chose que la douleur qui l’attendait. Avant Scott, il n’avait jamais espérer quelque chose de mieux que sa vie déjà tracé, mais le voilà hésitant, se stoppant au milieu de son chemin pour fixer aux alentours et essayé de trouvé une issue. Scott avait déclenché quelque chose en lui que l’adolescent ne comprit pas tout de suite, mais qui commença à réveiller son coeur meurtrit. Il riait avec lui, il s’amusait, quelque chose qu’il n’avait jamais cru possible. Mais pourquoi lui? Pourtant… il devait être haït. Il ne voulait pour rien au monde voir Scott souffrir après de sa disparition. Mais désormais qu’il y pensait bien, il ne voulait plus de cette avenir tracé. Le jeune Maxwell l’avait fait douté de tout. À la place de voir tout noir, il avait commencer à voir du bien dans ce monde, à pouvoir sourire, à pouvoir aimé… Et tout ça à cause de Scott. Grace au garçon, il avait commencé à vivre sans le comprendre vraiment au début.

Puis tout avait basculé quand il l’avait remarqué. Son coeur avait recommencé à battre, mais soudainement, il c’était figé dans une peur totale. Et c’est là que tout c’était brisé, quand il avait comprit. Il avait arrêté de sourire soudainement, venant un peu moins voir Scott à la bibliothèque pendant un moment. Il c’était rappelé que quoiqu’il fasse, il avait promit à son père de prendre le relais… Daren se voyait mal faire souffrir Scott quand il allait disparaître. Il voulait tout, sauf faire souffrir le jeune Maxwell… Parce qu’il était ce qu’il avait de plus précieux. Daren avait commencer à l’éviter quelque fois, à ne plus vouloir lui parlé trop longtemps. Son coeur c’était soudain figé dans une douleur encore plus forte que la précédente, l’obligeant à aller consulter un médecin en vitesse, à resté à l’infirmerie plusieurs jours. Son corps c’était refroidit en même temps que son coeur. Il avait commencé à mourir beaucoup plus vite… Parce que, parmi tout ce qu’il ne devait pas faire, il avait fait la chose la plus grave. Il était tombé amoureux. Et non seulement il était tombé amoureux, mais il était tombé amoureux du garçon le plus fantastique au monde. L’étudiant était amoureux d’un garçon qu’il avait voulu au départ protéger de tout, celui qui l’avait fait douté, qui lui avait donné vie. Daren était tombé amoureux de Scott et il s’en voulait, car à cause de lui, il était tombé dans le même fossé que lui, un fossé énorme. Et quand l’adolescent allait disparaître, Scott allait souffrir par sa faute. Daren s’en était tellement voulu sur le coup qu’il c’était… auto-tué pendant un moment. Il c’était fait du mal à lui-même parce que la personne qu’il aimait le plus allait souffrir par sa faute…

C’est pourquoi il avait embrassé Scott. Parce que, par dessus tout, il aimait Scott du plus profond de son coeur gelé. Parce que Scott l’avait fait vivre comme personne avait réussit, l’avait comprit, l’avait aidé, l’avait aimé, l’avait rassuré… Il avait réussit à le protéger de ce que Daren ignorait qu’il avait peur. Mais par dessus tout, il avait réussit à le faire vivre. Le Maxwell avait réussit là où tout le monde avait échoué, il avait réussit à faire ressentir l’amour, la vie au plus jeune des Deway. Et c’est aussi pour ça que Daren avait voulu partir, pour évité de lui faire plus de mal, pour éviter de le détruire, parce qu’il s’en voulait terriblement de l’avoir tirer dans le fossé avec lui. Daren aurait voulu se frappé pour l’avoir embrassé et ainsi dévoilé ce qu’il ressentait pour le jeune homme, mais il ne fit qu’essayé de partir. Je dis bien essayé car, rapidement, le jeune Maxwell alla retenir l’étudiant. Daren le fixa étonné, sans savoir comment réagir, le fixant dans les yeux, se perdant une nouvelle fois dans ses prunelles magnifiques. Puis, quand le plus vieux posa ses lèvres sur les siennes, Daren dû retenir un cri de douleur pendant qu’il fermait rapidement ses larmes pour ne pas pleurer. Mais pas à cause du baiser, mais à cause de lui-même… Qu’est-ce qu’il avait fait, qu’est-ce qu’il avait fait, bon dieu…

Daren regarda le jeune homme sans réagir, les larmes coulant sur ses joues, pendant que Scott balbutier des choses incompréhensibles qui nûment aucun sens pour le jeune Deway qui, de plus, se perdait dans le flot de sentiment qu’il ressentait. Daren leva la main vers Scott, mais ne fut pas capable de la frapper. Il éclata en sanglot au milieu du couloir heureusement désert.

« Déteste moi, Scott!!! DÉTESTE MOI!!! »

Il avait crié ses paroles avec tant de mépris envers lui-même, avec tant de haine que cela aurait brisé le coeur de n’importe qui.

« Pourquoi tu ne peux pas faire comme tout le monde et juste me détester?! Ça aurait été tellement plus simple pour nous deux si tu n’avais fais que m’ignorer comme tout le monde! Mais j’ai dû être assez con pour te laisser rentrer dans ma pitoyable et misérable vie que je tient! Je veux que tu me haïsses, Scott! Que tu me haïsses doublement! Je veux que tu me fasses oublié combien je suis tombé amoureux de toi, fou amoureux! Je veux que tu m’obliges à te haïr pour que nous arrêtions de souffrir! Parce que quand je partirais d’ici, tu devras m’oublié, comme tout le monde! Quand je finirais ma 8ème année scolaire, tu devras me tourner le dos et moi je reprendrais l’héritage comme promis et je continuerais d’être le parfait robot de mon père sans émotion, sans vie, sans rien! Je continuerais la voix qu’il ma déjà tracé, mon chemin misérable! Je veux que tu m’ignores, pour ne pas que tu souffres quand je vais disparaitre de vos vies à tous! Je ne veux pas d’amis, je ne veux pas d’amour, je ne veux rien! Je ne veux pas que vous souffriez par ma faute, tu comprends?! Mon père veux que je sois parfait, le petit robot sans vie, sans amour, sans amis, qui ne fait que suivre la tradition et je lui est promis de devenir ça…! Il ne me veux pas comme fils, mais comme machine. Alors… Tu comprends, nous deux, ça ne peut juste pas marché! Je veux … Je veux que tu m’oublies, que tu me haïs au plus profond de ton âme et … et… »

Le jeune Deway éclata en sanglot, serrant ses petits bras contre lui.

« Je veux que tu oublies que, pendant un moment, je t’ai aimé, que je t’ai avoué que tu étais la personne la plus importantes à mes yeux, que tu étais tout ce qui comptait pour moi! Je veux que tu oublies ce baiser qui n’avait rien de faux, qui représentait tout ce que je ressentais pour toi. Je veux que tu oublies que, parmi tout le monde, tu fut le seul à faire battre mon coeur et à me faire vivre autant… »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme la première rencontre ? { Daren W. Deway }
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noblesse & Indécence :: Nobilis Academy :: Batiment principal :: Premier Etage :: Bibliothèque-
Sauter vers: